Issue incertaine du « dialogue politique » au Burundi

http://afrique.kongotimes.info/thumbnail.php?file=images/opposition_burundaise_tient_tete_au_president_Nkurunziza_625051076.jpg&size=article_medium

Opposition – Les opposants burundais tiennent tête au président Nkurunziza

Les parties prenantes à la crise politique burundaise se sont dites ouvertes cette semaine à une reprise du « dialogue politique ». Mais son issue reste très incertaine. La présidence et les opposants politiques ont accepté d’infléchir leur position sur le noeud de la crise: elles ne font plus du retrait ou du maintien d’une candidature de Nkurunziza un préalable aux discussions sur les autres sujets.

Avec le report des élections générales, les parties prenantes à la crise politique burundaise se sont dites ouvertes cette semaine à une reprise du « dialogue politique ». Mais son issue reste très incertaine, tant les positions sont tranchées, et les délais serrés.

Dans l’impasse depuis des semaines, les discussions entre le camp du président Pierre Nkurunziza et ses opposants doivent reprendre sur la base d’un appel des pays voisins à repousser de « pas moins d’un mois et demi » -donc en théorie à la mi-juillet- les scrutins qui devaient débuter ce vendredi, des législatives et des communales censées ouvrir les élections générales avant une présidentielle et des sénatoriales.

Le pouvoir burundais n’a pas encore fixé de nouvelles dates, se contentant de reporter sine die les scrutins. Mais, s’il veut éviter un vide institutionnel, sa marge de manoeuvre est étroite: le mandat de Pierre Nkurunziza s’achève le 26 août.

Si le délai réclamé était respecté, il ne resterait que quelques semaines au camp Nkurunziza et à ses opposants, qui lui contestent le droit de se représenter à un troisième mandat, pour s’entendre.

Fait nouveau, la présidence et les opposants politiques ont accepté d’infléchir leur position sur le noeud de la crise: elles ne font plus du retrait ou du maintien d’une candidature de Nkurunziza un préalable aux discussions sur les autres sujets.

Mais ces sujets – libertés civiles et politiques, restauration d’un climat sécurisé – sont de taille:

Les deux camps doivent s’entendre sur la réouverture des radios privées, empêchées d’émettre depuis plusieurs semaines, les manifestations anti-Nkurunziza, interdites mais quasi-quotidiennes depuis plus d’un mois et émaillées d’affrontements avec des policiers qui ont fait un large usage de la force, et le sort des contestataires emprisonnés.

Il s’agit aussi de restaurer un climat électoral apaisé: l’opposition accuse le pouvoir de l’empêcher de faire campagne et la Ligue des jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure, de terroriser les anti-Nkurunziza.

« Il y a de gros défis, de gros enjeux, mais il faut les relever », résume un diplomate. « Il n’y a pas d’autres choix que de laisser une chance au dialogue », dit-il, déplorant le coût humain « inacceptable » des violences – une quarantaine de personnes sont mortes – et les graves conséquences de la crise sur une économie déjà chancelante.

« Lâcher du lest »

Pour les observateurs, le succès des discussions dépendra beaucoup de la disposition du gouvernement, qui exige l’arrêt des manifestations, à « lâcher du lest » le premier et, surtout, à rouvrir les très populaires radios privées qu’il a accusées de relayer les appels à manifester et de soutenir une tentative avortée de putsch mi-mai.

Pour Innocent Muhozi, patron d’une des radios coupées, la réouverture des médias ne devrait même pas faire l’objet d’une négociation, mais, dit-il, « les choses les plus élémentaires sont les plus dangereuses » pour le pouvoir.

En matière de sécurisation du processus électoral, et pour notamment « rassurer les partis d’opposition » alors que les observateurs internationaux se sont retirés, des pistes ont été lancées, comme celle « d’observateurs civilo-militaires » avec « mission sécuritaire », explique le diplomate.

Mais pour M. Muhozi, cette option aussi est « compliquée (pour le pouvoir), parce elle risque de faire imploser le système Nkurunziza », basé selon lui sur la peur et qui « ne peut pas tenir (hors d’)un huis clos avec les Burundais ».

Pour le journaliste, également président d’une organisation de défense des médias, « la clé » passe par une pression accrue des pays voisins, qui ont jusqu’ici évité de prendre position sur l’épineux troisième mandat.

Il estime d’ailleurs que la région a déjà d’une certaine façon tordu le bras au président Nkurunziza, en « faisant en sorte que les élections n’aient pas lieu (immédiatement) et en obtenant un dialogue sur tous les points » de contentieux.

Signe que les négociations sont loin d’être gagnées, les partis d’opposition ont demandé jeudi à l’ONU de changer le médiateur dépêché depuis mi-mai pour tenter d’éviter l’embrasement dans un pays à l’histoire marquée par les conflits et massacres interethniques mais jugé partial.

Quitte à compliquer encore la tenue des délais.

« Les délais mécaniques importent peu », a tranché un responsable de l’opposition, Frédéric Bamvuginyumvira, estimant qu’il valait mieux « des solutions à la crise pour construire la paix », que « des élections mal faites au risque de retomber dans la guerre ».

Sunday, June 07, 2015, http://afrique.kongotimes.info/afrique

Publié le 7 juin 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 13 Commentaires.

  1. A Nyamitwe!
    Akazi uragashoboye ko kuvuga atabwenge ukoresheje. Ko mubesha nkurunziza ngo ntahave NGO mwosonza, mandat iheze? Inzara irahera igihemu non. Ntabo mufise mumugambwe baciyubwenge babagenzi bobahanura. Muzonyikirahe igihugu gisubiranye intahe?

  2. KANYAMUNEZA
    Nivyiza ko Imana iriho kandi itibagira mbega nkurunziza iyo ariko aravuga ngo imana yo mwijuru n’icabona yo yibazako ivyandika kandi itibagira ko yigira umusenzi ntaziko imana itabeshwa mbegako imana ikunda abicisha bugufi imana idakunda abagamika izosi kandi ivugako kugira ubandanye uyihimbara bibaye ngombwa uheba ivyawe kunyungu z »abandi peter we gute Ivyarivyose yibazeko Imana ariyo itanga ubutegeste kandi ikabwaka ara ara neza ntazosange ameze nka nebukadineza umwa yanse impânuro imana ikamurungikira abamutera akaja kurisha mwishamba nkinka twibaze ko hakiri umwanya wokwirimbura akareka guhangana nabo atwara bamwanse ntibashobora kumukunda kungu mwihangane imana igira ice urubanza ntabwo yahevye uburundi n’abarundi

  3. Lisez s.v.p la revelation d’un plan macable par un agent du SNR sur AFRIKARABIA.COM. Le pouvoir a prepare depuis longtemps un plan d’exterminer une partie de la population. Au lieu de
    nous concentrer sur le troisieme mandat, il faut aussi penser comment faire face a un danger imminent. Lisez l’article et echangez des idees.

  4. Il faut désarmer et arrêter les Imbonerakuzimu.

  5. peut-tu expliquer comment -1pourcent peut causer les degats que tu evoque ?seulement l’onu veut eviter d’echouer dans sa mission de proteger la population que vous voulez exteliminer en cedant le 3eme mandat et en renforcant sa vigilance qui menera a votre fin.sachez que votre systeme n’atteindra jamais 2016 que vous tuez ou pas.que Dieu benisse le Burundi

  6. Opposition ntakindi ishaka ataruko dukeney ko nkurunziza atitoza ahubwo transition nimw muyishaka na retire candidature yiw manifestation zihere amatorabe mumaguru masha murek kwikura kndi ntaco muzoshikako mugihe cose nkurunziza azobakiri umu candidat ntamatora azoba

  7. Ivyo bakora vyose amatora nab kugira ngo igihugu gitekan. Abo bose badashakako amatora aba twarabonyeko ari bams bari mubiganiro vya arusha pour dire qu,ils veulent encore une fois le retour de la transition au burundi pour reformer une fois le g10 et le g7. Ntibikunda abanyagihugu twarabahinyuy nimuturek twitorere abo dukeney.

  8. Ewe mbonihankuye sha umunsi urizina iyo yahagukuye izorahira ikarengwa maze ikayagukurako uzihurira n’umwana yitwa NDAKUGARIKA N’ABANDI N’ABANDI BITWAJE UBUHIRI BURIKO IMISUMARI UBONA KWARIKO MUKORA!!!! None gasha abo bose ubona birirwa barahunga babaye ibwa zawe? Abakurambere barayamaze bati « RURIYE ABANDI NAWE RUTAKWIBAGIYE »!!!
    IHANURE KUKO WARAHEZE UGENDA KUKO NUWUTAZI KO NKURUMBI N’ABIWE BAKORA IKIBI KIBISHE BARABISOMA CANKE BAKABIBONA KUBO VYABAYEKO!!!

  9. IMANA IRAKUNDA UBURUNDI.HARACARIHO ABASENZI BARARA BATUBITSE UMUKANDA KUGIRANGO UBURUNDI BWOGORORE KANDI IMANA IRI KURUHANDE RWABAYISENGA.

  10. Les opposants au régime Nkurunziza ont d’autres ambitions inavouées.Il est clair qu’ils ne veulent pas les élections mais plutôt la transition.Ils veulent marcher à pas de tortue mais que le pays sombre dans une crise inimaginable.L’histoire nous en dira plus face à ces ventriotes qui se déguisent réclamer ceci ou cela sans penser à plus de 99 pourcent de la population qui sont mais qui ne les ont pas mandaté reclamer pour eux!!!!

    • @Mbonihankye: D’ou tirez vous ce pourcentage, sur quelle base, si nkrunziza dit 99 pour cent , vous répétez 99 pour cent. Lui les nombres ne lui disent rien, il a appris la gym. Mais ses esclaves répètent consciemment ou inconsciemment ce qu’il dit sans preuve. Si certaines personnes restent calmes ce n’est parce qu’elles soutiennent votre Nkurunziza du tout.Il y a le terrorisme d’etat qui n’est plus un secret pour le monde entier.Beacoup ont peur de se prononcer pour pouvoir rester en vie. Voilà qu’un parlementaire du quanp Nkurunziza et pas n’importe lequel , un Président de la commission politique et juridique vient de prendre le large, pourquoi il a du fuir? Parce qu’il connait le systeme de l’intérieur, celui la qui fait usage du terrorisme. Vous etes vraiment aveugle ou tout simplement eslaves de Nkurunziza il faut que vous soyez libéré malgré vous.

    • NDUWIMANA ANDRÉ

      Chers amis, la démocratie exige de respecter les points de vue discordants ou contradictoires. Si l’on veut être respecter, il faut vaincre par l’argumentation et non par le canon et les injures. Personnellement je crois au dialogue si les parties prenantes sont de bonne foi, honnêtes et mues par l.esprit patriotique.

    • IL EST TEMPS QU’UN HOMME SAINT JE VEUX DIRE PAR LA AVEC LES MAINS PROPRES QUI NE SONT PAS COUVERTES DE SANG DES INNNOCENTS,PREND LE TRONE DU BURUNDI,DONC PREND LE POUVOIR!COMME CA LES CRIMINELS,COMME NKURUNZIZA,ADOLPHE KAZUNGU,BUNYONI LE GRAND VOLEUR,NE SE PROTEGERONT PAS!

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :