Le gouvernement affirme que la contestation est terminée, met en cause la presse

Peter NkuruLe gouvernement burundais a affirmé jeudi que la contestation qui agite le Burundi depuis fin avril contre un nouveau mandat du président Pierre Nkurunziza avait cessé et accusé les journalistes d’organiser les derniers rassemblements constatés.

Il n’y a plus de manifestations à Bujumbura ou à l’intérieur du pays (…). Ce qu’on observe sur le terrain, c’est un mouvement de certains journalistes, surtout ceux dépêchés par les médias internationaux, qui recherchent et organisent des groupes de gens, a déclaré à l’AFP le porte-parole adjoint du ministère de la Sécurité publique, Pierre Nkurikiye.

Ces journalistes leur demandent de chanter, d’exhiber des pancartes. Ces derniers s’exécutent et ces journalistes prennent des images qu’ils diffusent par la suite auprès de certains médias internationaux et sur internet et commentent qu’il y a eu des manifestations au Burundi, a-t-il poursuivi, donnant lecture d’un communiqué.

La candidature de M. Nkurunziza à un troisième mandat, que ses adversaires estiment inconstitutionnel, a déclenché le 26 avril un mouvement de contestation émaillé de violences qui ont fait une quarantaine de morts et poussé plus de 100.000 Burundais à fuir vers les pays voisins.

Bujumbura a été depuis cette date le théâtre de manifestations quasi-quotidiennes sévèrement réprimées, parfois à balles réelles, et des rassemblements et des barricades ont également été constatées dans plusieurs localités de province.

Le mouvement de contestation connaît un certain essoufflement depuis plusieurs jours, notamment, selon les organisateurs, parce que la police quadrille les quartiers contestataires et empêchent les manifestants de se rassembler.

Cinq personnes ont toutefois été blessées par balles mercredi soir dans des affrontements avec la police dans deux quartiers de Bujumbura, et une sixième dans la journée lors de la dispersion d’une manifestation en province, selon des sources médicale et policière.

Les autorités burundaises ont déjà précédemment accusé la presse d’encourager les manifestations. Un envoyé spécial de la chaîne de télévision France24, Thaïs Brouck, s’est vu retirer début juin son accréditation, officiellement pour n’avoir pas respecté les termes de celle-ci, à savoir la couverture des élections.

Mais un responsable lui avait également dit que des rapports de sécurité l’accusaient d’encourager par sa présence les manifestations.

Les médias privés d’informations burundais ont été détruits durant la tentative avortée de coup d’Etat militaire des 13 et 14 mai et sont depuis réduits au silence. Avant leur destruction, les autorités les accusaient déjà d’inciter à l’insurrection en relayant les appels à manifester.

De nombreux journalistes burundais font état d’intimidations et de menaces et, selon Reporters sans Frontières, près de 50 journalistes burundais sont actuellement en exil, craignant pour leur sécurité.

(©AFP / 11 juin 2015 12h01) , http://www.romandie.com/news

Publié le 12 juin 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Rose Hakizimana

    Nibaje imbere y intahe nyabuna nayo kubeshera abamenyesha makuru nukutetegwa
    Amaradio mwturiye muzoyariha muri ya mafranka mwiba Abamenyesha makuru nibabe baragira devis bongere bitware barihwe amafanka yose batakaje ni ndishi yakababaro bagize
    Niko ivyo twokwishuza nivyinshi cane kuko twabuze benshi kandi twarababaye cane Abo bicanyi
    nibagende bazogwa imbere

  2. Comment ce criminel peut se venter que les manifestations sont arretées alors que les fusils achetés par le peuple repriment et tuent les innocents?même si les manifestations physiques s’arretent maintenant ce qui se feront en secret sera pire parce que le peuple burundiais ne s’endort pas le sang des innocents sera vengé ,et la lutte continue.

  3. urubuze inkware ruvumbukana igihuna, uwobinaniy nawe ngo ibirago biranyerera.aba bagabo babuze ayo bacira nayo bamira c’est pour ca qu’ils creent des decret fantomes,antidate.
    ico utarabona cose uzokibona kuri dd ndakubariye!

  4. qui veut dire que les réfugiés burundais fuient le burundi vers les pays voisin pour faire plaisir aux journalistes étrangers ? hahahaha notre gouvernement igeze ahatemba

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :