La société civile préconise une « guerre économique » contre Nkurunziza

Capture plein écran 16062015 170321« Les principale sources d’impôt pour l’économie burundaise sont la bière, le carburant et la téléphonie. Si nous diminuons la consommation de ces produits […] le gouvernement ne pourra plus tenir longtemps »

Pour barrer la route à Pierre Nkurunziza, les leaders de l’opposition et de la société civile  burundaise ont appelé la population à renforcer le combat par des actions d’un autre ordre, soit « une guerre économique ».

« Les principales sources d’impôt de l’économie burundaise sont, la bière, le carburant et la téléphonie mobile, si nous diminuons la consommation de ces produits au moment où le gouvernement n’a plus d’appuis financiers extérieurs et que ses ressources intérieures sont en berne- rien qu’en mai il a accusé un déficit d’environ 16 milliards de francs burundais- il ne pourra plus tenir longtemps », a écrit, dimanche soir, sur sa page facebook officielle, Pacifique Nininahazwe, leader de la société civile engagée contre la candidature de Nkurunziza à un 3ème mandat présidentiel.

Nininahazwe, président du Forum pour la Conscience et le Développement (Focode), se réjouit, dans la même publication du pas déjà franchi par le mouvement de contestation: « Nous avons fait des avancées considérables dans les cinquantes jours de notre contestation même si l’objectif n’est pas encore atteint. Le dossier Burundi attire l’attention du monde entier et Nkurunziza sait qu’il ne contrôle plus grand-chose ».

« Nous devons, toutefois, nous battre pour éviter la guerre. Car, l’échec de la résistance pacifique impliquera, certes, le début d’une autre guerre civile » a, encore ajouté l’activiste de la société civile.

Par ailleurs, les manifestations anti-troisième mandat présidentiel de Pierre Nkurinziza se sont poursuivies, lundi pour la 8ème  semaine consévutive  dans la capitale Bujumbura et ses communes, après une trêve de deux jours.

En dépit des appels lancés dimanche dans les églises pour la reprise des activités scolaires, seuls quelques enseignants se sont présentés dans certaines écoles pour signer les registres de présence mais les cours n’ont pas été dispensés, en l’absence des élèves, a précisé à Anadolu René Nikobamye, enseignant au Lycée Communal de Musaga (Bujumbura rural).

Le Burundi est, depuis le 26 avril dernier, secoué par une vague de manifestations contestant le troisième mandat « inconstitutionnel » de Pierre Nkurunziza. Une situation de crise qui a, à ce jour, fait plus de 50 morts selon un décompte établi par Anadolu selon des sources sécuritaires, de l’opposition et de la société civile.

15 Juin 2015 20:18, http://www.aa.com.tr/

Publié le 16 juin 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. BIRANDAMBIYE Peace

    Ewe Rudatinya sha ahubwo uri Ruburamutima!!!Kuko iyo mbona ushobora no kugira commentaire nuko n’imibuririburi washoboye gusoma kugira ugire ico ushikirije, ariko naho woba waciye muri yagamukama ukaba udashobora gutahura ko izi manif atamacakubiri arimwo c’est que ata n’inkono y’itabi uzopfa uvuyemwo!!!Imana ikubabarire ayo manyembwa yawe y’amacakubiri akuvemwo canke aguheremwo wenyene!!!

  2. Ni mureke basha gukora ivyo, mbe mweho mwotsinda mukaza gutwara, muzoheza mutware iki kandi ata butunzi buhari?ariko ivyomuvuze biramenyerewe kuko kuva kera mubonye ivyo mukora bitabakundira mwaca muvuga ngo mugire grève yo kutanwa inzoga, or ntibishoboka!!!ni mureke urwo rwitwazo!!kandi Pacifique uzopfa wihambe.

  3. cumacindubaruba

    NUKUBWIRA KANDI ABAMANIFESTANTS BAKARYA RIMWE KUMUSI MIDI GUSA A 12H30 TWIBUKA RPA, BAKONGERA BAKOGA RIMWE MUNDWI AMAZI YA REGIDESO, KUMESA RIMWE MUNDWI ZIBIRI ABABISHOBOYE BOGE BONGERE BAMESE MURI NTAHANGWA NA REGIDESO IHOMBE, NTIHAGIRE UWUZOSUBIRA KUGIRA MARIAGE CANKE URUBANZA MPAKA DUTSINZE, TWESE TURERE AMABOKO DUKORE SERVICE MINIMUM KUKO TURAKORA LETA IGAHEMWA, NAHARYA KURI PAF TUHAHEBE KUKO LETA IRIKO IRAHAKURA AMAHERA MENSHI, GURYO DD NTIZOMERA N’IMISI NIBIRI IDATEVYE NATWE DUTEREKE.

  4. Thaddee Hatunga

    Il faut frapper la ou ca fait mal.Dans la poche pour que les agents du regime n’aient plus de quoi voler et continuer a mener une vie de luxe alors que le peuple vit dans un denument total sans nom.Tous les moyens sont bons pour atteindre un objectif fixe et forcer le regime despotique et sanguinaire a lacher du lest et tomber comme une feuille morte..Quelque soit la duree de la nuit le soleil finit par se lever.La lutte doit continuer et la victoire est certaine.

    • basha umupfu ntiyinukira! aho muracarondera gutwara igihugu? ubu si 65, 72,93 mwigira uko mwigombera, ahubwo be musenga Imana ko mwahuye abahutu arabanyakigongwe,ubundi ho mwokoranye neza kugasubira kumurongo

      • PIE..Urikitazi bwa bundi kweri mbe wibaza ko ingorane zirihagati ya tutsi et hutu,?IHIBAMBEWE IVYO NIVYO ABAMAZE KUNWA AMARASO YINZIRAKARENGANE MWITWAZA KU GIRA UKURI NTIKUZE KU MENYEKANE KU MABI ABA DD MURIKO MURAKORA.NAYO IVYO BIGONGWE UVUGA NTAWUKIGUSAVYE KIRETSE NIWABA USHAKA KUGISABA ABARUNDI TUZOKIGUHA KUGIRA UTEKANE NA AGATIMA KAMACAKUBIRI KAKUVEMWO

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :