Trêve de deux jours (samedi et dimanche) pour les manifestants au Burundi

IMG-20150518-WA0006Trêve de deux jours (samedi et dimanche) pour les manifestants au Burundi

J55 La coordination de la campagne contre le troisième mandat, après évaluation des coordinateurs de terrains, déclare une trêve de deux jours, ce weekend (samedi et dimanche). La contestation, sous toutes ses formes, reprendra lundi matin. Encore une fois, nous demandons aux manifestants de rester vigilants quant à leur sécurité et celle de leurs quartiers. Il est demandé également à la police d’éviter tout acte de provocation durant la trêve.

Nous saluons encore une fois le courage des manifestants qui ont continué à protester contre la troisième candidature de Nkurunziza, en dépit de toutes sortes de menaces. Dans certains quartiers, particulièrement à Mutakura, Cibitoke et Ngagara, la police n’hésite pas à tirer à balles réelles sans sommation. Musaga, Kanyosha, Kibenga, Nyakabiga, Bwiza, Jabe, Mutakura, Cibitoke, Ngagara, Buterere ressemblent à de véritables zones assiégées. La police est massivement présente à chaque coin de rue. Tous les jours, Musaga, Cibitoke et Mutakura ont continué à manifester. D’autres, de temps à autre. La police, ridicule, a continué à tirer sur le bruit insaisissable des sifflets. Mais la flamme de la contestation reste allumée. Tirs, arrestations, intimidations n’y font rien.

Tout au long de la semaine, les manifestants d’Ijenda ont continué à empêcher la distribution des cartes d’électeurs. La répression est restée féroce à Mukike, Mugongomanga et Rusaka. Mais le peuple reste débout.

Petit à petit, certains apprennent à diminuer leur consommation de la bière. Il faut dire que la poche les y aide aussi. Les temps sont durs, mais Nkurunziza reste insensible. Il se moque des malheurs de son peuple, pire il les provoque et s’en délecte.

Enfin, en plus de la répression sans nom, la clique autour de Nkurunziza a accéléré la vitesse du message de la haine. Leur combat devient, chaque jour, complètement ethnique. Un Conseiller Principal de Nkurunziza et un Ambassadeur du Burundi dans une institution internationale que je ne nomme pas n’hésitent plus à animer un site/blog de la haine qui propage des mensonges éhontés pour tenter désespérément de rallier la majorité des burundais autour de l’ethnie du Président. Un conseiller, malin comme il se croit, n’a pas hésité à donner une connotation ethnique au hashtag ‪#‎Sindumuja‬, oubliant qu’il nous vient d’une personnalité que nous respectons tous, l’auteur de « Laissez Partir mon Peuple » au début des années 90, l’Archévêque Simon Ntamwana. Oui, laissez partir ce peuple, il ne sera plus esclave!

Pacifique Nininahazwe via facebook

Publié le 20 juin 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. ico kinyoma co guhenda abarundi ng’umuhutu cankwe umututsi, nta numwe ashobora kubumva igihe bagandagura abahutu bene wabo, abatutsi nibo batwara?
    uyo mu Général Godefroid yashatse kumukurako, yar’umutsi? n’uko yabonye ivyo Nkuru ashaka kugira ntabwo ari vyiza, nibintu bishobora kugira ingarukambi mugihugu..

    -kandi naho bomukura mugisoda, urya Godefroid yitoje mumatora, abarudi bomutora 100/100 kuruta kinyamwanira..

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :