Le maintien des élections est « un fait grave » qui va « exacerber la crise »

https://i1.wp.com/r9.llb.be/image/59/55910c9235705238f3500a59.jpgL’Union européenne (UE) a condamné le maintien ce lundi par le président burundais Pierre Nkurunziza des élections législatives et communales, qu’elle a qualifié de « fait grave » qui « ne pourra qu’exacerber la crise profonde que traverse le Burundi ».

« L’organisation des élections législatives ce 29 juin, sans mettre en place les conditions minimales pour assurer leur crédibilité, transparence et inclusivité, ne pourra qu’exacerber la crise profonde que traverse le Burundi », a estimé dans un communiqué un porte-parole du service diplomatique de l’UE.

L’opposition burundaise a appelé au boycott de ces scrutins après deux mois de contestation populaire contre M. Nkurunziza, qui souhaite se représenter pour un troisième mandat en juillet.

L’Union européenne, qui affirmait depuis la semaine dernière que « les conditions propices » à l’organisation de ces élections n’étaient « pas réunies », a ajouté qu’elle retirait les quelques membres de son équipe d’observation électorale encore sur place.

L’Union africaine, impliquée dans une tentative de médiation entre le gouvernement et l’opposition, a refusé dimanche soir d’observer les scrutins de lundi.

« La décision du gouvernement du Burundi d’ignorer la dernière proposition de la facilitation internationale menée par l’Union africaine, la Communauté d’Afrique de l’Est, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs et les Nations Unies de reporter les élections constitue un fait grave », a affirmé le porte-parole de l’UE.

Les Burundais ont commencé à élire lundi leurs députés et conseillers communaux dans un climat de très vives tensions. Des violences – essentiellement des jets de grenade – ont parfois retardé le début des opérations de vote à Bujumbura.

Bruxelles a menacé de sanctions les responsables « d’actes de violences et de répression » ou ceux qui y « entraveraient la recherche d’une solution politique », la semaine dernière. L’UE a aussi agité la menace d’une suspension de la coopération, et donc de l’aide européenne, prévue dans les accords de Cotonou.

« La situation pose des risques croissants pour les droits et la sécurité de tous les Burundais. Il n’y a pas d’alternative: tous les Burundais doivent continuer à rechercher une solution consensuelle à travers le dialogue et en rejetant la violence. L’UE exhorte le gouvernement du Burundi à entrer dans cette logique », insiste le porte-parole.

le lundi 29 juin 2015 à 11h43, http://www.lalibre.be/actu/international

Publié le 29 juin 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Rose Hakizimana

    Il n ya pas de dialogue qui peut etre possible avec un president sourd, tueur, qui une milice cree pour faire un genocide Quelqu un qui ne veut pas entendre aucun conseil
    Un homme qui se croit etre proprietaire d une Nation de neuf milion d habitant qui se croit avoir l achete Depuis lexistance de Nkurunziza au pouvoir,les Burundais viennent de perdre dix ans de developpent c a d qu on vient de retournent en arrierre de dix ans et avec des cententaines des morts

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :