Combats sanglants dans un quartier de Bujumbura entre un groupe armé et la police

mutakuraSix personnes sont mortes, mercredi, dans des violences entre hommes armés et police à Bujumbura, au Burundi, alors que le pays, secoué depuis deux mois par une crise politique, attend les résultats d’élections boycottées par l’opposition.

Cinq membres d’un « groupe armé » et un policier sont morts dans des combats les opposant, mercredi 1er juillet, à Bujumbura, plus précisément dans le quartier de Cibitoke, a affirmé la police. Les forces de l’ordre burundaises ont affirmé avoir « neutralisé » le groupe et arrêté 24 de ses membres. Un fusil d’assaut, un lance-roquettes RPG et des grenades auraient par ailleurs été saisis. Aucune source indépendante n’a confirmé le bilan.

Les affrontements armés ont débuté après que trois grenades ont été lancées mercredi matin contre une patrouille de police, a expliqué l’une des sources policières sous couvert d’anonymat, indiquant que deux policiers avaient été blessés dans l’explosion. Les forces de sécurité ont alors procédé à un « ratissage » du quartier et se sont heurtées à un groupe « lourdement armé ».

« Habitants terrorisés »

« La situation est encore confuse et très tendue ce soir », a indiqué Medhi Meddeb, l’envoyé spécial de France 24 au Burundi. « Les tirs nourris de manière continue ont stoppé mais, d’après des habitants des quartiers de Cibitoke et Mutakura qui ont été joints sur place, il y a toujours des tirs sporadiques qui retentissent dans ces deux quartiers nord de la capitale », a-t-il poursuivi, précisant qu’il s’agissait de fiefs de la contestation contre un troisième mandat du président Pierre Nkurunziza.

« Les habitants sont terrorisés, ils ont peur, ils se cachent […] Ces incidents sont intervenus à quelques kilomètres du stade où se déroule le 53e anniversaire de l’indépendance du Burundi », a ajouté le journaliste, qui s’est dit « surpris par des rafales d’armes automatiques » en arrivant sur les lieux. « Ces violences prouvent que la crise n’est absolument pas terminée », a-t-il ajouté.

Résultats des législatives

Ces affrontements interviennent alors que le petit pays d’Afrique des Grands lacs attend les résultats des législatives et communales de lundi 29 juin, boycottées par l’opposition et décriées par la communauté internationale. Les élections avaient déjà donné lieu toute la semaine dernière à un regain de violence : des attaques à la grenade à Bujumbura et en province avaient fait cinq morts et des dizaines de blessés.

Le Burundi, à l’histoire post-coloniale marquée par les massacres et une longue guerre civile (1993-2006), est plongé dans une grave crise politique depuis que le président Pierre Nkurunziza a annoncé fin avril sa candidature à un troisième mandat, jugé inconstitutionnel par ses adversaires, à la présidentielle prévue le 15 juillet.

Avec AFP, 01/07/2015, http://www.france24.com

Publié le 1 juillet 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 11 Commentaires.

  1. moi je me dis que nkurunziza et son groupe ont pris l’option de bruler ce pays!je l’invite à mener une réflexion sur l’avenir de sa famille au moins!sa police tue des enfants,des jeunes devant leurs mamans,de vieux papa assassinés devant de vieilles mamans!il paiera cher!

  2. Ce send innocent tu le payera cher avec ton click des voyous nkurumbi

  3. chers compatriotes, faisons tout pour sauver nos frères et soeurs , nos parents, il ne s’agit pas de mandat, c’est bien l’exécution du plan génocidaire, collectez des idées qui peuvent nous aide rà combattre ces ennemis de la nation

  4. On n’aura tout vu avec le régime de Nkurunziza!Lui il se la coulait douce au Stade P.L.Rwagasore alors qu’à quelques pas des enfants,jeunes gens,pères de famille… mourraient!Toutes mes condoléances aux familles éprouvées!

  5. Nos braves dirigeants ,ils cherchent à mentir l’opinion internationale que ces civils innocents avaient des armes alors que ce sont les armes déposées par la PN/militaires.

  6. La police purement et simplement massacré la population civile en guise de représailles.Qu’elle cesse de mentir à l’opinion.Et pour cacher la vérité,ils ont améné leurs propres armes pour faire croire à l’opinion qu’elles appartenaient aux victimes!C’est du pire cynisme!Le plan génocidaire de Nkurunziza-Nshimirimana est en exécution!

    • Survivor, vous avec raison. le gouvernement et son entourage pensent que tout le monde est idiot comme eux-meme. Un jour ils vont payer tout ce sang versé. Malheureusement, le temps passe et on compte beaucoup de cadavres, des mères qui perdent leurs enfants à cause d’un seul homme qui croit que le Burundi c’est la proprieté de son père. C’est triste d’avoir à la tete d’un pays un sauvage et il est. Il faut qu’on l’attrape vivant comme ca il pourra savoir que le Burundi est pour tous les barundis et non pour lui.

    • Parler de combat entre un groupe armé et la police est de la désinformation pure. Car c’est un massacre d’une population opposée au 3 ème mandat.

    • ukuri kuzoja ahabona tôt ou tard

    • Tout cet arsenal a été amené par la police pour tenter d’avoir une expliquer ces tueries.

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :