20 militaires tués en Somalie enterrés ce vendredi

https://i1.wp.com/www.isanganiro.org/IMG/arton9415.jpgLes cérémonies d’enterrement ont débuté par une prière de requiem. Les anglicans et catholiques d’un coté, de l’autre des protestants autres que les anglicans.

Au total aujourd’hui, 20 militaires. L’enterrement va continuer demain après celui des musulmans effectué ce vendredi.

Ces cérémonies d’enterrement étaient rehaussées par la présence des hautes
autorités du pays : le premier vice-président, Prosper Banzombanza, le ministre de la défense nationale, Emmanuel Nkurikiye, le chef d’Etat-major et celui en charge de la Police Nationale.

Les cérémonies ont continué vers le cimetière de Mpanda vers 12h. Des familles en pleurs se sont recueillies devant les tombes de leurs proches défunts.

Le vice-président de la république, Prosper Bazombaza a pris la parole au nom du Gouvernement du Burundi. Il est revenu sur l’engagement du Burundi dans le maintien de la paix dans le monde. Dans pareil travail, des pertes en hommes est une éventualité difficile d’échapper.

« Ces soldats sont morts sur le champ de bataille. Ce n’est pas une perte pour leur famille ou pour l’armée seulement, mais c’est surtout la perte pour le pays tout
entier », a-t-il dit.

Il a exhorté le ministre de la défense de régulariser au plus vite les indemnités dues aux familles éprouvées.

« Faites tout ce qui est de votre pouvoir pour allouer tout ce qui revient aux ayants-droits de ses défunts. Eviter de leur faire traîner, diminuez des va et vient de ces veuves, car ca serait les endeuiller deux fois. Ce sont des héros de la paix que nous continuerons à rendre hommage », a-t-il ajouté.

Le premier vice-président a fait savoir que ce message est du président de la République qui est toujours aux côtés des forces de défense et de sécurité.

Au total 73 militaires on péri dans une attaque menée par le groupe islamiste El shabab en Somalie à la fin du mois de juin. Parmi ces militaires en mission de paix en Somalie, 22 ont été portés disparus.

vendredi 3 juillet 2015  à 19 : 09 : 45, http://www.isanganiro.org

Publié le 4 juillet 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. RIP pour nos soldats.mais permettez-moi de poser cette question:l’Etat du Burundi existe t il encore?Je ne trouve pas de mots adéquats pour regretter l’idiotie du gouvernement:pas de deuil national,le président qui continue sa tricherie de compagne électorale comme si de rien n’était,un ministère de la défense non respectueux de ses soldats,…c’est vraiment une honte pour tout burundais devant cette humiliation sans nom.Ailleurs sous d’autres Républiques,le décès d’un seul soldat fait décréter un deuil national!Mais notre République bananière…les mots me manquent…

  2. Tout d’abord, mes sincères condoléances aux familles éprouvées et que la terre leur soit légère.
    Quel gouvernement,bananier soit-il, qui perde 73 soldats en mission de maintien de la paix et ne décrète même pas un deuil national?C’est du jamais vu dans l’histoire de l’humanité contemporaine!Si quelqu’un a un cas similaire qu’il m’en présente un et ,quand bien même tel serait le cas, je le considérerai comme un anti-modèle.

    « Ces soldats sont morts sur le champ de bataille (….) mais c’est surtout la perte pour le pays tout entier », a-t-il dit (sic). M. Bazombaza, un prétendu 1er vice-président,comment osez-vous tenir de tels propos devant les familles défuntes?C’est plutôt le contraire M. le Vice-président.Le gouvernement semble s’en moquer et s’en foutre!Rien ne montre que votre fameux gouvernement compatisse.Personnellement, je n’ai pas vu un drapeau en berne ou aucun autre moyen témoignant l’hommage et la compassion envers nos braves soldats.

    Ailleurs, dans les pays qui reconnaissent la valeur de la personne humaine et les droits humais,même une seule vie qui tombe sur un champ de bataille dans de telles conditions ,un deuil national est décrété pour lui rendre hommage.Et vous,M. Bazombanza, vous ne parlez que de l’argent (indemnités) à verser aux familles.Certes, le choix est clair et tranché pour vous;l’argent prime sur la vie et celui qui vous connaisse en dirait autant.Auriez-vous déjà entendu parler d’un proverbe rundi qui dit que « Amagara asumba amajana »?
    Hélas, non!Qu’il pleuve ou qu’il neige, vous avez juré fidélité à votre maitre afin de préserver votre poste et cela quel qu’en soit le prix à payer.

    Les faits sont têtus:
    – les aides militaires, en provenance des bailleurs bi/multi-latéraux, sont gelées suite à l’entêtement du président sortant à briguer un 3ème mandat et à d’auto-succéder;
    – la vie du pays est globalement paralysée;
    – les caisses de l’Office Burundais des recettes(OBR) ne sont plus alimentées;
    – certains fonctionnaires de l’État ne sont plus payer régulièrement (sauf les policiers et les militaires de peur de s’attirer les foudres de la grande muette);
    – les appuis budgétaires représentant plus de 50% de budget général de l’Etat sont gelés;
    – les milliers de gens ont fui le pays suite la crise du mandat illégal et illégitime de Nkurunziza;
    – plus d’une centaine d’âmes(qualifiées d' »assaillants ») ont été sauvagement massacrée par des forces supposées être de défense et de sécurité et qui sont payées mensuellement par l’argent du contribuable;
    – les miliciens du parti au pouvoir CNDD-FDD, les fameux imbonerakure, sont armés et intégrés aux forces de l’ordre pour mâter et tuer les anti-3ème mandats;
    – la défection(fronde) dans vos rangs ne cesse de s’agrandir;
    – une mascarade électorale(communale et législative) a été organisée et, cela, contre la volonté du peuple et de la communauté tant nationale et qu’internationale;
    -etc.

    De tout ce qui précède, quelques questions me hantent:
    – Pensez-vous gagner ce bras de fer contre le monde entier?
    – Comptez-vous tenir combien temps?
    – Êtes-vous prêts à assumer toutes les conséquences de vos actes?

    A mon humble avis,je vous conseillerais d’affronter la réalité en face et vous ressaisir car vaut mieux tard que jamais.

  3. Col. Didier Nyambariza

    Les fautes commises par l’armée burundaise en Somalie sont:
    1) Installés et isolés un petit nombre de soldats dans une zone rouge;
    2) Ils étaient sans communication radio avec les bases arrières;
    3) Ils étaient sans appui blindés ni hélico;
    4) Ils n’avaient pas assez de munitions pour tenir une heure;
    5) Ils ont été attaqués par des combattants al shabaab, de loin supérieurs en nombre et munitions;
    Resultats: (bilan)
    a). 38 combattants burundais morts fusillés dont 2 officiers
    b). 18 combattants portés disparus, enlèvés pour la suite d’un programme inconnu.
    Si on compte les soldats burundais morts en Somalie dans d’autres positions suite aux mêmes erreurs, le chiffre en est plus élèvé tandis que le nombre des disparus est de plus ou moins 30 soldats (en réalité kidnappés vivants et prisonniers de guerre).
    Il s’agit de l’incompetence des dirigeants actuels de l’armée. Pour combien de temps?!

  4. Dieu Est Tout Puissant

  5. Que leur âme repose en paix, amen

    • Que Dieu les pardonne et leur ame repose en paix. Birababaje kubona abasirikare bi gihugu barungikwa gufasha ata buryo babahaye alors que le gouvernement iba iriko irasambura ama banque d’une facon ou d’une autre pour batir des villas, des piscines et vivre comme des rois d’autre temps.

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :