Le CPF décide de mettre le pays sous observation

https://i2.wp.com/mediatheque.francophonie.org/local/cache-vignettes/L675xH450/f68340d6e6eb457f3017ef0340668c2c-8eecd.jpgLa 95e session du Conseil permanent de la Francophonie (CPF), s’est tenue, le vendredi 3 juillet à Paris, en France sous la présidence de la secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean.

 Au cours de cette rencontre qui a rassemblé,  les représentants des chefs d’État et de gouvernement, notamment ceux qui sont membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), les participants  ont adopté une résolution sur la situation qui prévaut au Burundi. Car, ils regrettent les conditions dans lesquelles ont été organisées les élections législatives et locales du 29 juin 2015 et déplorent la rupture du dialogue politique, malgré les efforts multipliés par des partenaires internationaux.

« Compte tenu de la crise de la démocratie et des violations graves des droits et des libertés dans ce pays, le CPF décide de mettre le Burundi sous observation », telle est la quintessence de la décision prise par l’ensemble des participants à la 95ème session du CPF.

Par ailleurs, les membres du CPF ont aussi demandé à tous les protagonistes de la crise burundaise de faire preuve de responsabilité en privilégiant, notamment, les aspirations légitimes du peuple burundais à la paix, à la démocratie et au développement. Ceci, tout en tenant compte de l’esprit de la lettre des Accords d’Arusha.

Cependant, au terme des travaux, les participants  ont exhorté  les parties vives de la nation burundaise à renouer avec le dialogue et à doubler les stratégies pour réunir les conditions propices à la tenue d’élections libres, fiables et transparentes. Ainsi, appellent-ils, l’ensemble des acteurs burundais à engager des actions de désarmement des milices qui sont en particulier des jeunes.

Samedi 4 Juillet 2015 – 13:30, http://adiac-congo.com

Publié le 5 juillet 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Blabla et nous ne voyons pas la condamnation du troisieme mandat comme le font les autres institutions international ,sous observation veut dire quoi?langue de bois,nous voulons des mesures concretes comme les sanctions pour le regime nkurunziza et une force d interposition comme ce fut le cas à l epoque de buyoya(miob,miprobu ou un truc du genre),treve de diplomatie embigue,merci

  2. Tout ce qu on dit ou tout ce qu on ecrit ne nous aident a rien Nkurunziza a depace les limite il n est pas dans la logique des lettres ou des conseils Il est temps qu il soit devant les tribunaux internationaux pour repondre a tout les malheurs qu il a cause a son peuple
    J imvite les maniffestants de trouver une autre strategie de maniffester pour eviter qu il ya d autres victime  »[ ville morte ] il faut se mettre ensemble se coaliser pour lutter contre ces assassins J imvite surtout aux laiders de parti de l Oposition de la Societe civil de se mettre ensemble pour touver la solution de lutter contre cette menace a la Nation Burundaise

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :