Des hommes armés attaquent une localité dans le nord

https://i1.wp.com/www.kababachir.com/wp-content/uploads/2015/05/burundi-coup-3.jpgDes hommes armés et en tenues militaires ont attaqué, vendredi matin, la localité de Kubuyumbu (province de Kayanza, à140 km au nord de Bujumbura), a appris Anadolu auprès d’une source militaire qui n’a pas précisé si l’attaque a visé des civils.

Aucun bilan n’a été communiqué par aucune partie jusqu’à 13h44 GMT(15h44 heure locale).

Le colonel Arcade Nduwayo, de la 3ème région militaire (Nord), a relevé, dans une déclaration à Anadolu que « Des crépitements d’armes lourdes se faisaient encore entendre à 13h00 GMT dans la localité de Kubuyumbu qui jouxte la forêt », ajoutant que l’armée tentait encore de neutraliser l’assaut.

Selon la même source: » les assaillants dont l’identité est encore inconnue sont entrés au Burundi par la forêt de la Kibira qui se prolonge jusqu’au Rwanda voisin ».

Il estime, cependant qu’il s’agit de « bandits dont le motif est de voler des biens dans le village et de se replier ensuite dans la forêt ».

Alarmés par les coups de feu, les habitants de cette localité ont fui en masse, les uns vers le chef-lieu de la province Kayanza, les autres vers Rwanda, ont rapporté des sources locales.

En dépit des messages lancés par le gouvernement pour rassurer la population, les Burundais s’attendent à ce que les auteurs du putsch manqué du 13 mai dernier lancent une attaque pour faire plier le président Nkurunziza.

Des craintes que les récentes déclarations des putschistes ne font que conforter, en effet, le général Léonard Ngendakumana, bras droit du chef des mutins, Godefroid Niyombare, a récemment, revendiqué dans une déclaration sur une télévision kenyane, les dernières attaques qui frappent le pays et déclaré que ces attaques vont se poursuivre en s’intensifiant jusqu’à faire plier Nkurunziza.

Réagissant à ces déclarations, l’armée burundaise a dénoncé, ce recours à la violence. Le colonel Gaspard Baratuza, porte-parole du ministère de la Défense et des anciens combattants  a relevé dans une déclaration publique « Il y a d’autres voix pour y arriver. Il y a les tables des négociations et le dilogue pour s’entendre ».

Depuis que le président Pierre Nkurunziza a décidé, le 26 avril dernier, de briguer un 3e mandat jugé « inconstitutionnel » par l’opposition, le Burundi patauge dans le trouble général fait de manifestations et de violence.

Plus tôt dans la journée de vendredi, une fusillade avait fait, en plein centre de Bujumbura, trois morts dont un policier, selon des témoins oculaires.

Une centaine de personnes ont été tuées depuis le début des manifestations, selon le décompte dressé, début juillet, par l’association de défense des droits de l’Homme et des prisonniers, APRODH, principale association des droits humains au Burundi.

Cette insécurité croissante a par ailleurs poussé près de 150.000 Burundais à se réfugier dans les pays voisins, notamment le Rwanda, la Tanzanie et la République démocratique du Congo.

10 Juillet 2015 17:51, http://www.aa.com.tr

Publié le 10 juillet 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :