Deux frères militants de l’opposition tués à Mutakura au nord de Bujumbura

https://i1.wp.com/koaci.com/imx/pix_1436793568e131928_1.jpgDeux militants de l’opposition ont été tués ce dimanche soir à Mutakura, un quartier au nord de Bujumbura, rapportent à KOACI des contacts concordants sur place.

Selon de nombreux témoins oculaires, Benjamin et Emmanuel Kadogo, deux frères deux membres d’un parti de l’opposition burundaise, Mouvement pour la solidarité et le développement (MSD), ont été découverts ce dimanche soir, dans une petite rivière du quartier Mutakura.

Toujours selon les témoins, les deux frères qui habitaient le quartier Cibitoke, -un des bastions de la contestation, anti 3e mandat de Pierre Nkurunziza-, avaient plusieurs fois échappé à la mort.

Depuis le 26 avril, -date du début des manifestations anti 3e mandat-, les organisations de la société civile, et les partis de l’opposition, ont dénombré plus d’une centaine de morts.

Koaci.com-Lundi 13 Juillet 2015

Publié le 13 juillet 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 10 Commentaires.

  1. birababaje ukuntu abarundi eka na africa nzima dusubinyuma mu vyiyumviro vyaco aho umengo umuntu yicwa bikaba ibintu bisanzwe ngo nuko tudahuje ivyiyumviro nimigambwe nibindi .. turacari mu yindi siecle inyuma , muga ndacafise espoir ko biriko biratuigisha kotuzoteba tukabana neza nabandi barabiciyemwo , gerageza mwiyubare gato murarenza

  2. Uwobabuza izo comemorations muririmba tukaraba,mwibaza iki?

  3. LA GUERRE DE MUTAKURA N’AURA PAS LIEU ?

    Quand les « Sindumuja » de Bujumbura s’inquiètent de voir les élections faire reculer le spectre d’une guérilla urbaine pour laquelle ils étaient si bien préparés.

    Révélations troublantes sur un plan de guerre :

    Nous tenons l’information d’une source bien informée sur un plan de guérilla urbaine dans un des quartiers de Bujumbura : Mutakura. Tout un dispositif était déjà en place depuis des mois en vue de combats de rues dans le seul but d’empêcher les élections. Oh! Il y a un problème. Des élections ont eu lieu 29 Juin 2015. Alors quoi faire? Comment empêcher des élections qui ont déjà eu lieu? Voilà le dilemme des jeunes Rwandais parqués dans les rues de Mutakura et des autres quartiers de manifestants. La guérilla urbaine pour laquelle ils ont été entrainés pourrait ne pas avoir lieu. « Ce que beaucoup d’habitants de ce quartier souhaitent de tout leur cœur » : nous a révélé la personne informatrice.

    De jeunes Rwandais armés à chaque rue de Mutakura :

    Imaginez. Pas moins de quatre jeunes Rwandais armés qui ont été disposés à chaque rue qui compose le quartier Mutakura; nous dit l’informatrice. Et ceux-ci se mélangent très facilement avec les jeunes Burundais du quartier. Difficiles de les repérer dans le groupe. Eh bien! Oui! Vous avez bien compris. Nous disons bien chaque rue. Faites le calcul des rues de Mutakura. Et ça vous donne l’idée du nombre de jeunes armés présents dans le quartier. Prêts à tirer sur des personnes innocentes. Pour rien. Ou par haine ethnique. Après tout, ne s’agit-il pas de cela au fond? Réfléchissons un peu. Pourquoi les habitants de Mutakura auraient plus de raison de s’opposer au processus démocratique que ceux de Buyenzi ou de Kamenge?

    Des tranchées dans des maisons louées afin d’échapper aux fouilles de la police :

    Bien subventionnés, ces jeunes Rwandais vivent dans des maisons louées à des familles du quartier pour ne pas avoir d’adresses en leur nom. Bien payés, ils achètent au coût de centaines de dollars américains des maisons du quartier qu’ils louent en attendant le coup d’envoi marquant le début de la guérilla urbaine. Ces tranchées servent en même temps de lieu de dissimulation et de cache d’armes quand la police rentre dans le quartier. S’il n’est pas complice, le « Journal Iwacu » a donc tort sur la façon dot il rapporte sur ce qui se passe Mutakura-Cibitoke. Ne pas trouver d’armes lors d’une fouille par la police ne signifie pas nullement qu’il n’y en avait pas. Il s’agit d’une guerre de « tranchées » : nous a révélé madame l’informatrice.

    Les habitants de Mutakura ont peur mais craignent de dénoncer

    Oui, beaucoup ont peur. Nous avons peur mais craignons de dénoncer ces jeunes, nous dit l’informatrice. On a demandé à tous ceux qui ont peur de quitter les lieux avant que ça ne commence. Alors, beaucoup ont déjà quitté le quartier. Nous sommes restés mais nous avons très peur. Même le chef de zone est au courant mais ne dis rien.

    Des élections pourraient sauver le Burundi du spectre d’une guerre civile généralisée :

    Ceux qui suivent de près ce qui se passe au Burundi depuis des mois ont vite compris que la crise actuelle n’avait d’autres buts que d’arrêter les élections coûte que coûte. Depuis que les élections législatives et communales ont eu lieu le 29 juin, les manifestations auxquelles on nous avait habitués ont quelque peu diminué. Ne pouvant pas tirer sur les élections, certains manifestants armés ont décidé de lancer des grenades sur des policiers ou sur de pauvres femmes vendeuses de fruits au marché central, alors que ceux-ci n’ont jamais été leur cible de revendication. Sans qu’on nous explique comment, la crise au départ dirigée contre la candidature de Nkurunziza au troisième mandat s’est transformée en guerre ouverte contre les forces de l’ordre burundaises.

    Et si la guerre de Mutakura n’avait pas lieu?

    Au moment où nous apprenons qu’un groupe armé a attaqué et s’est fait écrasé par les Forces de l’ordre burundaises dans la région de Kayanza, les jeunes Rwandais armés du quartier de Mutakura et autres devraient réfléchir et tourner leurs langues plus d’une fois avant de déclencher le reste de leur dispositif meurtrier sur les habitants de Bujumbura. Si elles avaient lieu, les élections présidentielles prévues le 21 juillet 2015 devraient signer la fin de leur revendication ainsi que celle de tout autre groupe qui s’oppose au processus électoral en cours. Car la population burundaise aura démontré qu’elle a préféré participer aux élections plutôt. Ceux qui continueraient à faire usage de grenades et autres pratiques barbares auxquels on a assisté ces derniers temps dans certains quartiers de Bujumbura, devront alors expliquer à tout le monde pourquoi et pour qui ils se battent.
    C’est sur ce que nous concluons que la guerre de Mutakura-Cibitoke pourrait ne pas avoir lieu.

    Signé CiPOBU

  4. Différence entre hutu et tutsis c est la lecture de l histoire et rien d autre

  5. Burundi, tes portes seront toujours ouvertes, elles ne seront fermées ni jour ni nuit, afin de laisser entrer chez toi les trésors des nations, et leurs rois avec leur suite, Is 60 :11

  6. Birababaje ko umuntu yibagira ningoga, Mana y’Uburundi, kiza iki gihugu cacu c’amata n’ubuki,ba nsumirinda

  7. ce 20/7/2015 est l anniversaire du genocide a Bugendana les autres parlent des massacres
    comment parlent des massacres pour 654 personnes d une seul ethnis encore rescapent de genocide de 1993 quand des miliers d hommes enfants et femmes ont ete massacres
    Maintenant Nkurunziza continue de faire ce genocide qu il a commence Ses hommes ont la mission precise de tuer les habitants de Mutakura Cibitoke Ngagara Nyakabiga Musaga
    ces Quartiers sont connue que beaucoup parmi les habitants sont d une Ethnie comme les declarent tout haut par les CNDD FDD en ce terme TUZOBAMESA
    Bukuru Mois ,Victor Burikukiye, leDepute de Bubanza l ont dit Qu ils n ont pas tue assez en 1993 -1996 -2002 en disant UBU NTITUZOBAPFUVYA voila que en trois mois une centaine d homme sont tue c est tres triste qu apres une decenie ,apres les accords de vivre ensembre Nkurunziza avec sa mechancette son rage continue a tuer les innocents

  8. Nkurunziza ntagisoni aho yiciye abarundi hanyuma ngo ashaka kwitoza Birababaje ko atawukira mu Burundi ngo ahasazire nk ibindi bihugu n ukwo mvuga kuhasazira kandi nu kuharerera ukahakuriza bisigaye ari umugani
    Ibugendana babaga umugore afise inda canke bakicanyina umwana akazopfa ariko yonka uwapfuye i Buta bishe Urwaruka ruriko ruraterimbere None i Bujumbura bariko bica abokijije Igihugu
    Ndasavye Abakenyezi bave hasi banke ko abo bicanyi basubira kuhekura Uburundi
    Iyo umuntu yakoze ibibi vyinshi ahagarikwa nu muvumo wa bamwonkeje

    • Nivyiza madame,nashaka uduhe ivyofasha tuva murizingorane,woba warahevye ivyinkoho wavuga?//canke nizi numva zifatwa????amahoro ntabwo yoboneka tukivuga ivyo,abana bacu tubigisha ububi,nejo twoshaka amahoro twoyaronka nitwe tuyoyimye

  9. C’est affligeant! Dans un mois exactement ce sera le 11ème anniversaire du génocide de Gatumba: 166 innocents assassinés et d’horribles mutilations infligées aux survivants sans la moindre provocation. Il sera intéressant de voir l’attitude de la presse à l’égard de ce crime massif vu la donne politique du moment au Burundi.

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :