Qui était (vraiment) Adolphe Nshimirimana ?

https://bujanews.files.wordpress.com/2015/03/le-chef-des-imbonerakure.jpg?w=359&h=359Assassiné le 2 août dans un attentat à la roquette à Kamenge, son fief de la capitale burundaise, Adolphe Nshimirimana faisait partie du « groupe de généraux » au cœur du système Nkurunziza.

Avec l’assassinat du général Adolphe Nshimirimana, « c’est le pouvoir burundais qui a été touché en plein cœur ». Willy Nyamitwe, conseiller en charge de communication à la présidence, l’a affirmé, lundi 3 août, à Jeune Afrique. La veille, près de trois heures après l’attaque à la roquette contre le bras droit du président Pierre Nkurunziza, il avait confirmé sur Twitter la mort de celui qu’il l’appelle son « frère » et son « compagnon de lutte ».

« Ami personnel » du chef

Selon Willy Nyamitwe, les deux hommes (Pierre Nkurunziza et Adolphe Nshimirimana) se connaissaient depuis « fin 1993-début 1994 ». « Ils se sont rencontrés pendant la lutte armée », explique-t-il, soulignant qu’Adolphe Nshimirimana a toujours occupé un rang d’officier dans le mouvement. Celui-ci a grandi à Kamenge, dans le nord de la capitale Bujumbura. « Il avait réussi à garder des liens solides avec son quartier », commente Willy Nyamitwe. L’officier y tenait même jusqu’à sa mort un débit de boisson.

Pierre Nkurunziza et Adolphe Nshimirimana étaient des amis, ils jouaient dans le même club de football.

Avec Nkurunziza, les « rapports étaient amicaux », tient à rappeler le conseiller du président. « Ils jouaient au football dans le même club [Alleluia FC] », explique-t-il, soulignant que le chef était très affecté par la disparition de son « ami personnel ».

De la rébellion à la tête de l’armée et des services de sécurité

Pendant la décennie de guerre civile, Adolphe Nshimirimana gravit tous les échelons du commandement militaire de la rébellion. En 2003, lorsque le le Conseil national pour la défense de la démocratie (CNDD) réintègre les institutions de la République, il trône à la tête des Forces de défense de la démocratie (FDD), la branche armée du mouvement. Dans la foulée, il est nommé chef d’état-major adjoint de l’armée burundaise.

Très rapidement, Adolphe Nshimirimana prend la tête du Service national de renseignement (SNR). Poste qu’il occupera pendant dix ans. Une décennie de « sales besognes », selon les ONG de défense des droits humains qui le soupçonnent d’être impliqué dans les exécutions extrajudiciaires, des enlèvements, des intimidations et dans plusieurs autres affaires sensibles dont le viol et l’assassinat de trois religieuses italiennes début septembre 2014, dans un couvent de Kamenge, à la périphérie de Bujumbura. Une « campagne de diabolisation », réagit Willy Nyamitwe.

Fin 2014, à quelques mois de la présidentielle, Pierre Nkurunziza décide de remplacer le « général Adolphe » à la tête du SNR. Une disgrâce ? « Non, une redistribution des cartes », affirme-t-on dans l’entourage du chef de l’État. D’autant que Nshimirimana est loin d’être mis sur la touche. Il est rappelé au cabinet du président de la République pour devenir son conseiller principal chargé de mission.

Le vrai chef des Imbonerakure ?

En réalité, l’officier garde toute son influence dans le système Nkurunziza. « Il était un élément important dans le groupe de généraux issus du CNDD-FDD qui ont leur mot à dire dans la gestion de l’État », affirme un membre de la société civile à Bujumbura. « Il est resté fidèle à Nkurunziza », ajoute-t-il.

Lorsque la contestation contre le troisième mandat du président Pierre Nkurunziza éclate fin avril dans la capitale, le quartier de Kamenge ne bronche pas. L’officier contrôle tout dans son fief. Dans l’ombre, avec notamment le général Alain-Guillaume Bunyuni, ancien chef de police, il organise  la riposte. « [Son] bar restaurant, dénommé ‘Iwabo w’abantu’, situé sur la route nationale n°1, à la sortie de Bujumbura, [était] devenu l’état-major de la milice Imbonerakure encadrée par certains hauts gradés de la police et de l’armée », dénonçait à la mi-mai un « appel urgent » signé par des opposants, des membres de la société civile et deux anciens chefs d’État burundais, Sylvestre Ntibantunganya et Domitien Ndayizeye.

Pour ces derniers, les Imbonerakure [les jeunes du CNDD-FDD soupçonnés d’être une milice pro-gouvernementale, NDLR] fonctionnaient « sous le commandement » du « général Adolphe ». Pendant la campagne anti-troisième mandat de Nkurunziza, « en complicité avec les éléments du SNR, cette milice [procédait] abusivement à des interrogatoires et des arrestations arbitraires », si l’on croit à l’appel urgent susmentionné. Une question se pose : comment réagiront désormais les jeunes du parti au pouvoir après l’assassinat de celui qui était présenté comme leur vrai chef ? Tout le Burundi retient son souffle.

le 03 août 2015 à 14h05, http://www.jeuneafrique.com

Publié le 3 août 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 12 Commentaires.

  1. Rose Hakizimana

    Nagende n ukuri yababaje benshi Kuko Ijambo ry Imana ritubwira kurekurira abatugiriye nabi IMANA yo nyene iztubera mu kibanza mu guhanagura amarira y Abavyeyi yahekuye
    Hageze aho IMANA iha Uburundi Amahoro kuko twarababaye hari naho iyo ari intango
    Abarundi nibahumure kuko nabo bica abandi barazi ko Uburundi ari ubwatwese ko ataho tuzoshirana Tubwirizwa relo kusangira bike tufise nakare ngo bike bikehanira abankana

  2. Adolphe yize kuri ETS kamenge aronka diplôme A3 mécanique auto Hama yikorera ivyiwe arahomba aca aja kuba umushoferi mûri setemu lol

    • @ Bizimana
      Merci pour l’info. Abandi bavuga ngo yahora ari umukokayi ?
      Faire l’ETS, ensuite chauffeur muri SETEMU et finir n° 02 du gouvernement, quel parcours !!! C’est comme ça alors qu’il est devenu criminel, kubera ibifranga bitagira uko bingana yivye pendant 10 ans. Lui qui avait déclaré qu’il soutiendra NKURU même par le sang, pour continuer à piller les caisses de l’état, izo millioni akaba azisize kandi n’abiwe bazohava batazironka.
      Le pouvoir et l’argent comme une drogue.Ça peut rendre certaines personnes déséquilibrées.C’est de la pure follie !!!
      Nous attendons connaitre la vérité sur son assassinat. En tout cas, la vie est pleine de surprises.

  3. On ne peut pas se réjouir d’une mort! kuko la mort ni irréversible avec bcp de dégats collatéraux! mais si la date était déjà arrivé, qu’il repose dans les conditions du juge qui se prononcera sur son sort selon le droit pénal en vigueur aho agiye! kandi rero, CPI y’aho agiye ntiyoroshe!!!! iyintu ishobora gu prononça « PEINE DE MORT A PERPETUITE!!!! kandi ni un seul degré de juridiction!, Nta mu avocat ariko hari un parquet, des juges et greffiers justes, équitables et honnêtes atari nk’abo muri Gondwana! barusomye naho ruba rugoye ugenda urashima!!!

  4. Je me demande, il n’est pas ne 1993-1994! Qui etait-il avant ces annes. Umuntu yarahohoteye abantu benshi, yarinde? yarize? yize angahe? Yakora iki imbere yuko yinjira muki rebelle??

  5. Nukuri yaragerageje gutabara igihugu cane cane muguha umusada igipolisi acongerereza imbonera kure,abasigaye ni bumirwe,iyo ni inkebuzo Imana iberetse kugira umwana w’Imana aronke amahoro kw’ino si

  6. Terimbereburundi

    Ces imbonerakure ne feront rien, pratiquement rien de nouveau sous le soleil. Au lieu de leur donner du travail, le « Chef » leur donnait des missions de tuer, tuer et comme salaires, quelques miettes de billets et de la drogue. Maintenant que nous avons des observateurs de l’UA, qu’ils enquêtent pour établir les responsabilités dans l’entretien de cette milice qui ne rêve que de garder et protéger un pouvoir incapable pendant 10 ans de dessiner un meilleur avenir pour tous. En tout cas, avec cette mort, un des grands piliers du régime vient de rejoindre l’au-delà. Espérons que la terre lui soit légère et la miséricorde du Dieu d’Israel

  7. Simply Adolphe was an assassin of his own citizens. he took a lot of lives and forced man, a killer for the government. I am sure many people including Nkuru and his little number of self-centred and selfish officials are relieved for him to die as they were all threatened by him. I am sure that Nyamitwe is delighted that his threat and rival to Nkuru is gone, ndazi ko ariko atwengera mu kijigo. Malin malin et demi. He was one who went straight to twitter to tell the world that Adolphe was died. Who knows that « he did not know about this plan of killing Adolphe? The truth will come out soon!

    • I agree with you…because only them »nkuru and his team » is able to do that action.only them knew Adolp’s movement and programs of day..in addition if it wasn’ t them..willy wouldn’ t be first to tell the word. Somehow i knew he was the happyest man!!!

  8. Nukuri ntaco ubeshemwo,natwe twatumuyoboka turiruhukije yaratugeza aho umwansi ashaka, erega yari yaratumaze, Akarorero kahafi, aho twice bababikira agashimwe twahawe n’urupfu abandi nubu yaduhanga amaso ngo hagize uryogora kukuntu twagandaguye bababa bikira, udapfuye wangara!! abandi benshi barapfa ntavyo mwamenya iwabo wabantu niho haricemerezo curupfu!! turiruhukije!!!! Natembe turuhuke!!!!

  9. Nukuri ntaco ubeshemwo,natwe twatumuyoboka turiruhukije yaratugeza aho umwansi ashaka, erega yari yaratumaze, Akarorero kahafi, aho twice bababikira agashimwe twahawe n’urupfu abandi nubu yaduhanga amaso ngo hagize uryogora kukuntu twagandaguye bababa bikira, udapfuye wangara!! abandi benshi barapfa ntavyo mwamenya iwabo wabantu niho haricemerezo curupfu!! turiruhukije!!!! Natembe turuhuke!!!!

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :