Assassinat du general Adolphe: Nkurunziza a de sérieux soucis à se faire

ASSASSINAT DU GENERAL ADOLPHE AU BURUNDI :
Nkurunziza a de sérieux soucis à se faire

https://i1.wp.com/patricksota.a.p.f.unblog.fr/files/2012/06/adolphe2.jpgLe Général burundais, Adolphe Nshimirimana, vient de passer l’arme à gauche, fauché lors d’une attaque violente perpétrée contre le véhicule qui le transportait. Triste fin pour un Général considéré comme le bras droit, le véritable numéro 2 du régime Nkurunziza. Il était en effet l’un des « sécurocrates » les plus influents du régime burundais. Il aura, entre autres, œuvré à l’échec de la tentative de putsch des hommes du Général Niyombaré contre Nkurunziza. C’est dire combien il est l’un de ceux qui ont permis au pasteur président d’être encore sur son fauteuil à Bujumbura. Au regard du fait qu’il trustait les hautes sphères du pouvoir contesté et de la sécurité du Burundi, l’assassinat de ce général est illustratif du niveau de dégradation de la situation sécuritaire au pays de Nkurunziza.

Pour ce qui est de l’identité de ses bourreaux, deux hypothèses se présentent.

En se comportant en défenseur zélé du pouvoir, Nshimirimana ne s’est pas fait que des amis

D’abord et comme l’affirme le régime burundais, le général Adolphe Nshimirimana a pu être tué par l’opposition armée. En effet, il est de notoriété publique que parmi les contestataires du 3e mandat de Nkurunziza, il y a des groupes armés. Après le pustch manqué, certains militaires qui se sont réfugiés au Rwanda voisin, ont promis de mener la vie dure à Nkurunziza et à son équipe, s’il s’entêtait à briguer ce 3e mandat contre l’esprit et la règle des Accords d’Arusha et de la Constitution burundaise. Des attaques avaient déjà été ainsi enregistrées juste avant l’élection présidentielle que le régime burundais a tenu à organiser contre vents et marées. On peut donc légitimement croire que les opposants, suite à ce passage en force de Nkurunziza, ont aussi décidé de faire monter la pression d’un cran, en s’en prenant aux figures de proue du régime.

Et le choix du général Adolphe Nshimirimana comme cible peut s’expliquer par le fait qu’il a joué un rôle capital dans la répression sanglante des manifestants contre un 3e mandat présidentiel de Nkurunziza. Il était présenté comme le cerveau de la répression et celui qui a dirigé la contre-offensive contre les hommes du général Niyombaré, faisant échouer la tentative de putsch contre le chef de l’Etat. La répression des manifestations a, faut-il le rappeler, laissé sur le carreau de nombreux morts parmi les manifestants civils qui ont essuyé des tirs à balles réelles. Il y a eu également des pertes en vies humaines lors de la contre-offensive contre les militaires qui tentaient de perpétrer le coup d’Etat. En se comportant ainsi en défenseur zélé du pouvoir en place, et en contribuant à semer la mort dans les rangs des contestataires du régime burundais, le général Nshimirimana ne s’est pas fait que des amis. Bien au contraire. Il s’est certainement attiré de nombreux ennemis dans le pays.

Mais une autre hypothèse non moins plausible peut être avancée dans cette affaire. Le bras droit du président burundais pourrait avoir été victime du régime, pour ne pas dire de Nkurunziza lui-même. Certains faits plaident en faveur de cette thèse. Sont de celles-là, le fait que l’attaque a été perpétrée en plein jour, dans un quartier réputé être favorable au régime. Il y a également le fait que le général assassiné avait dans un premier temps avalisé le coup de force conduit par le général Niyombaré, avant de se rétracter et d’organiser la résistance, la contre-offensive victorieuse. Peut-être que ce moment d’hésitation, de doute, ne lui a-t-il pas été pardonné au finish. De plus, Nkurunziza a un besoin pressant et énorme de jouer la victime pour susciter l’émotion, attirer la sympathie de la communauté internationale et faire desserrer l’étau autour de lui. Et il peut s’être dit qu’en fomentant un coup contre un de ses proches, il réussira à faire accuser ses opposants et à les diaboliser. Du coup, il ferait d’une pierre deux coups : retrouver la sympathie des pays partenaires et avoir un alibi pour croquer de l’opposant. Du reste, le fait que le correspondant de Radio France international ait été pris à partie par les services de sécurité alors qu’il cherchait à en savoir davantage sur l’attaque contre le général, en dit long sur les non-dits de cette affaire.

Le président burundais est le premier et le principal coupable de ce qui est arrivé

En tout état de cause, que cet assassinat ait été l’œuvre du pouvoir ou celle de son opposition, il n’en traduit pas moins le fait que Nkurunziza a de sérieux soucis à se faire. En effet, si ce sont ses opposants qui ont réussi ainsi ce coup de maître en frappant ainsi son régime en plein cœur, cela veut dire que leur force de frappe est énorme et que ce coup pourrait n’être que le premier d’une série. Du coup, il n’est pas évident que les ardeurs des défenseurs du régime restent intactes. En d’autres termes, la psychose pourrait s’emparer des partisans du président burundais et ébranler, voire détruire, les fondations de son pouvoir. Après tout, le général abattu n’avait-il pas jeté en substance à la face des opposants que pour empêcher Nkurunziza de faire un troisième mandat, il fallait d’abord qu’ils lui passent sur le corps ? Cet assassinat pourrait, de ce fait, être le chant du cygne pour le régime burundais.

Si ce sont les services du président burundais aussi qui ont commis ce crime pour servir sa propagande, ils ont été mal inspirés. Car, un tel assassinat est de nature à créer la terreur dans le camp présidentiel même, où personne ne se sentira désormais en sécurité. Pour sûr, l’heure n’est pas aux fanfaronnades au sein du pouvoir, une semaine après la victoire annoncée du maître de Bujumbura à la présidentielle. Et le pays est davantage exposé au risque d’affrontements violents entre les populations. Preuve si besoin en était encore, que la tenue de la présidentielle envers et contre tout, ouvre le pays à des vents inconnus. Et c’est bien dommage. Ainsi donc, quels que soient les auteurs de cette attaque, c’est la psychose garantie dans les rangs du pouvoir car, et pour paraphraser la Bible, les disciples du pasteur ne pourront pas s’empêcher de s’interroger : « si on traite ainsi une figure incontournable de l’appareil sécuritaire du pouvoir, qu’en sera-t-il de nous autres, simples partisans sans moyens de protection ? ».

En ce qui la concerne, la communauté internationale doit se secouer un peu et comprendre que le pays fait un pas de plus vers le gouffre. Tout en condamnant cet assassinat comme ils le font, les partenaires du Burundi seraient bien inspirés de rester vigilants pour ne pas tomber dans le piège qui voudrait qu’ils donnent au pasteur passionné de pouvoir, le bon Dieu sans confession. Car, et il importe de le dire, le président burundais est le premier et le principal coupable de ce qui est arrivé, aussi bien aux manifestants tués depuis quelques mois qu’à son bras droit qui vient d’être envoyé six pieds sous terre. Tous ces morts burundais sont le fruit de son entêtement et il ne devrait pas pouvoir se dédouaner à peu de frais. Le pays a plongé dans cette insécurité à cause de sa boulimie du pouvoir et en toute logique, il devrait en porter l’entière responsabilité devant l’histoire et les tribunaux compétents en temps opportun. En attendant, il urge de resserrer l’étau pour que force reste à la démocratie au Burundi.

« Le Pays », http://lepays.bf

Publié le 4 août 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 12 Commentaires.

  1. Rugaragaza!pourquoi t’enerves tu?adolphe nshimirimana est mort parce qu’il a vu le jour!rien d’autre lui restait!toi aussi rien d’autre te restes que la mort!si une personne est ne ce qui est sure un jour mourra!alors ou est le miracle si une personne n’a pas la sagesse de choisir de faire du bien et qu’elle rend son ame au Createur?peu importe le type de la mort qui lui coute la vie!il n’aurait pas du souhaiter la souffrance aux autres alors que lui aussi n’avait pas promesse de la part de mon Seigneur Jesus Christ d’etre epargne de la souffrance!il n’aurait jamais oser tuer!alors que c’etait la seule chose auquel il n’avait pas goute!ce que tu ne veux pas qu’on te fasse,ne le fais pas aux autres!moi par contre je pense qu’il voulait qu’on lui tire dessus pour gouter a ce qu’il aimait faire gouter aux autres!par exemple je pense qu’il voulait que ses enfants soient des orphelins de lui car il trouvait lui aussi la joie dans le fait de tuer les parents des autres enfants et se rejouissaient du fait de voir les enfants pleuraient de la perte de leurs parents!je pensait qu’il souhaitait aussi cela a ses enfants qu’un jour eux aussi pleurent,et que sa femme soit aussi veuve!oooooohhhh!c’est etonnant non??????craignez l’Eternel!NE JAMAIS OUBLIEZ CECI!LA CRAINTE DE L’ETERNEL EST LE COMMENCEMENT DE LA SAGESSE!CHOISISSEZ DE FAIRE DU BIEN POUR ESSAYER DE BIEN TERMINER CE CHEMIN DE LA VIE QUI N’EST NI LONG NI COURT!SEIGNEUR JESUS DONNES-NOUS LA SAGESSE ET L’INTELLIGENCE POUR BIEN COMPTER NOS JOURS AFIN DE MAXIMISER NOTRE TEMPS A FAIRE DU BIEN!AMEN!GLOIRE A JESUS!ALELUYA,AMENI!IMANA YACU DUSENGA ITAGIRA NKUNZI YUBAHWE IMYAKA YOSE!

  2. on dirait que vous etes un porte-parole clandestin de l opposition burundaise.

  3. Ici nous avons l`affaire de Thomas Sankala et Blaise Compaore. Adolf et Peter etaient des vrais amis, des freres. La seul diferance: Adolf aimait plus Peter. Adolf defendait Peter ON ALL COST. Cette relation etait plus ONE WAY QUE TWO WAYS. Adolf etait un militaire toufait, un technicier aussi a leader. Peter, un militaire, leader plus POLITICIEN.

    En politique nous n`avons pas d`amis, nous avons des alliances.
    En politique on ne tue pas une personne, on elimine un Obstacle.

    Maintenant comme il n`est plus dans l`equation, il va porter tous les maleurs du pays. Il ne faut pas oublier qu`il avait un Patron. Il travaillait pour un systheme.

    Nous avons encore des talants perdus au Burundi, we need good leaders.

  4. Basile Ntahugumba

    Biteb bitebuk intah izofata ijambo muburundi:Peter niw tuzobaza ubwamber.Vyongey ijambo ryiw ryo guhoza mwaradyumvis.Kuva tugiy murwimo yateguy afashijw n’umuja wiw yaray yigewuts ntajambo yaribwakur mukanwa,umengo Lt Gl Adolphe ipeta yiw mubamaz kwicwa,gukubagurwa,gupfungwa ntanumw arifis cank yorirons!Kira noneho,Muta PC Mbo afis irerengy izo ngwerigweri zifis amazina atazwi kuvyiza atari ubwicanyi: Ngo Ndakugarika, ndirakobuca nkor amaraso, …Ejo niheza uburundi buv mubujwa bw’abaja ba Peter,aho kumusi wamungu uko wakabay kw’isi haba hari akanyamuneza,aruko mubuja bwa Peter atora isura kumana yohejuru agomba kutigerageza,twamana amarira kuruwo musi udasanzw kubayemera.Hicwa abantu,hatera imyuzurira isi ikabomoka haguy akanyanyage,imiriro igahitana amasoko,amazu,imirima. Système ya Safisha izohereza kuri we nabo basangiy iyo migambi.Inzuzi zama ziriko zirerembamwo abana b’IMANA bakerew,Documentation n’iwabo w’abantu hakorerwa ibwicanyi,torture,eka amabi yose atavurwa.

  5. Mucezo wa ndani! Et les imbonerakure, idiots qu’ils sont s’en prennent aux paisibles citoyens pour verser le sang. Ces sanguinaires de la haute hiérarchie n’informeront jamais les sanguinaires de surface lorsqu’il y a un différend entre eux. Malheurs aux simples citoyens. Ce petit pays est vraiment audit!!!! Ce pseudo-general voulait que sa Benigne prenne les rennes de l’Assemblee, laquelle Assemblee est jalousement tenue par le sanguinaire et ventriote Nyabenda. Il voulait nommer les membres du gouvernement. Oh! quand un rabatteur nous tient!

  6. Excellente analyse de ce citoyen burkinabe. Le Burundi a encore à apprendre du Burkina Faso

  7. Les 2 hypotheses sont tres probables et la realite est qu’ il nya pas de bonne
    Nouvelle pour le president Pasteur quelsque soit l’option. Il est le seul et le seul responsable, il sera pas epargne, c’est une question de temps S’il ne laisse pas tomber ce maudit mandat. Bateau amaze ngo ‘Ugutwi kw’impene ngo kwumva kwokeje.

  8. Rwasa niyibaze ibikurukira. Yabuze iyo agwa atwazinda imbere ya Nkurunziza! Yari gupfuma asaba imbabazi aba fnl kuko igito gitabwa iwabo.
    Urarya uharura wibuka ko umwansi aguma ari umwansi. Au juste, tu es politician oubien tu es tout simplement extremists » palipehutu »

  9. on ne pourrait pas mieux analyser!

  10. Sans doute, comment peut Nkurunziza accepter d’être dicté de quoi faire par Adolph? C’est bien lui qui lui a forcé de briguer l’immaginaire mandat. Adolph n’était malin, il fallait about leçon sur Rajabu qui a donné la chance à Nkurunziza de mener le désordre au Burundi. Ne se souvenait pas des tuéries des premiers dirigeants de FDD? N’étaient

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :