Pierre-Claver Mbonimpa autorisé à quitter le territoire pour des « soins médicaux urgents »

https://i0.wp.com/www.jeuneafrique.com/medias/2015/08/04/000_Par8128405_0-592x296.jpg

Le président de l’Aprodh, Pierre-Claver Mbonimpa. © Carl De Souza/AFP

Quarante-huit après avoir été blessé par balles à Bujumbura, le défenseur des droits de l’homme Pierre-Claver Mbonimpa a été autorisé mercredi à quitter le territoire burundais pour aller recevoir des « soins médicaux urgents » à l’étranger.

La décision est tombée ce mercredi 5 juillet en début d’après-midi. « Le procureur a donné un accord favorable à la demande de Pierre-Claver Mbonimpa de quitter le territoire pour aller suivre des soins médicaux urgents à l’étranger », a confirmé à Jeune Afrique Me Fabien Segabwa, avocat du défenseur des droits de l’homme.

Pierre-Claver Mbonimpa, touché lundi soir à la mâchoire par une balle qui est ressortie par la pommette gauche, était frappé depuis plusieurs mois d’une interdiction de quitter le territoire suite à ses prises de position contre le pouvoir de Pierre Nkurunziza. « Il ne pouvait même pas quitter Bujumbura », glisse son avocat qui se réjouit de la levée de la mesure.

« Mbonimpa ne va pas vraiment bien »

« Il [Pierre-Claver Mbonimpa] ne va pas vraiment bien », a-t-il confié quelques minutes après l’avoir rendu visité dans un hôpital de la capitale burundaise où il était interné, protégé par des policiers. « Mais dans le passé, j’ai déjà vu des personnes dans un état plus piteux qui s’en sont sortis », a ajouté Me Fabien Segabwa, espérant que ce sera le cas du président de l’Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues (APRODH).

Prochaine étape : réunir les moyens financiers pour le transfert de Pierre-Claver Mbonimpa à l’étranger.  À en croire Me Fabien Segabwa, une « mobilisation s’organise déjà sur le plan local et international à cette fin ». La destination – Nairobi, au Kenya ou un pays en Europe – dépendra des sommes récoltées, selon une source proche de la famille.

Par Trésor Kibangula, le 05 août 2015 à 16h23, http://www.jeuneafrique.com

Publié le 6 août 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Qu’il meure ou pas Nkurunziza ne manquera point quelqu’un qui le prendra à Lahaye.

  2. Ewe Yezu turagusavye udukirize uwo muntu kuko nawewe urabona twebwe banyarucari ijwi ridashika kure kumbure akize azoca atuvugira turonke abaganga bavura caaaane kuko twebwe tudashika kure batuvurire aha turi.

  3. A qui peut on verser la cotisation pour nous qui avons envie de contribuer financierement? Nous le souhatons gueri et reetabli car les burundai ont vraiment besoin de lui.

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :