Retour sur une nuit d’affrontements dans un quartier contestataire de Bujumbura

https://i2.wp.com/www.jeuneafrique.com/medias/2015/08/10/e82a67a6cf0fac9ccfa9757f339919c1790ab27f-592x296-1439192021.jpg

Au Burundi, des tirs soutenus ont été entendus dans la nuit à Bujumbura alors que reprennent les manifestations . © AFP

À Bujumbura, de violents tirs et des explosions de grenades ont retenti toute la nuit de dimanche entre policiers et opposants dans les quartiers contestataires de Jabe, Nyakabiga (centre-est) et Cibitoke (nord). Jeune Afrique fait le point sur la situation à Jabe.

« La nuit  dernière a été la plus longue de toutes », a confié à Jeune Afrique Éric qui habite à Jabe depuis plus de 20 ans. Selon les témoins sur place, les tirs accompagnés d’explosions de grenades ont commencé dimanche 9 août vers 20h et se sont calmés lundi aux environs de 2h du matin. La police fait état d’un véhicule incendié et de deux policiers blessés.

« Trop c’est trop ! Nous sommes obligés d’organiser notre protection contre la police et les Imbonerakure [organisation de jeunesse du parti au pouvoir, ndlr] venus nous arrêter sans aucune justification », a ajouté un autre jeune du quartier sous couvert de l’anonymat.

Auto-organisation 

À la tombée de la nuit, les barricades et les rondes nocturnes caractérisent les quartiers concernés par la contestation. « Vers 19h30, les habitants de Jabe s’organisent en petits groupes, chacun ayant son rôle à jouer », nous explique une habitante d’une trentaine d’années. « Ils bloquent les rues, arrêtent les voitures qui leur paraissent suspectes, même la police ne peut habituellement pas y entrer », assure-t-elle. Puis de justifier la situation : « C’est normal lorsque l’on sait le nombre de manifestants de ce quartier qui ont été arrêtés et ceux qui ont été obligés de fuir le pays ».

Depuis le début de la contestation contre le troisième mandat du président Nkurunziza en avril, la police burundaise a multiplié les arrestations jugées arbitraires par les organisations de la société civile. « Tous les foyers de résistance sont en train de payer cher leur opposition. Les coups de feu, les arrestations et les assassinats se succèdent quotidiennement à un rythme effrayant », a déclaré Pacifique Nininahazwe président du Forum pour la conscience et le développement (FOCODE).

Le 6 août, l’ONG Human Rights Watch rendait public un document qui recense  148 cas de détention arbitraires, tortures et mauvais traitement au Burundi dans quatre provinces et à Bujumbura la capitale, depuis le début de la crise.

« Des criminels qui perturbent la sécurité »

Le ministre de la Sécurité publique estime pour sa part qu’il s’agit de « quartiers […] sous insurrection » et fustige « des criminels armés qui perturbent la sécurité en lançant des grenades et en tirant sur des policiers en plein exercice de leur mission ».

En réponse aux violences de la veille, ce lundi 10 août, un dispositif important de policiers a été déployé dans le quartier de Jabe. Ces derniers procédaient à des fouilles à la recherche d’armes. Seuls les écoliers, les élèves et quelques fonctionnaires ont pu sortir du quartier. « Ces policiers ont pour mission de poursuivre une opération de fouille/perquisition suite aux coups de feu et aux explosions de grenade entendus dimanche soir », a confirmé Pierre Nkurikiye, porte-parole adjoint de la Police.

le 10 août 2015 à 20h12, http://www.jeuneafrique.com

Publié le 11 août 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. asha jewe ndi ngabo ariko abo ba peuples rindira gato barimukuja ku murongo.Aha turiko turabareka bidagadure.
    canke bashaka baveyo bagende batere hanyuma tururwane.kimwe gusa abavyeyi bariko bareka ibintu uko ni ingorane

  2. Je suis vraiment écœuré. Où est la communauté internationale? Que dira-t-elle si le pire venait à être consommé?

  3. Qui fouille Qui espèce de fanfaron de porte parole?? Ce Peroquet a déclaré lui-même que la police est infiltrée par des éléments non identifiés et aujourd’hui il nous chante que « ces policiers ont pour mission de poursuivre une operation de fouille/perquisition »!!! De quels policiers puisque selon ses propres déclarations il ne sait plus distinguer qui est policier et qui est imbonerakure/nterahamwe??Ce Nkurikiye devrait démissionner aho kuguma avuga ivyo atamitswe nka Gasuku. Hakuba imbwa woba imva bwana Nkurukiye!

  4. reka sha gufyina n’ingabo z’igihugu umunsi babishatse bazobereka tu.au debut mwavuga ngo n’imbonerakure n’interahamwe none jabe n’inyenzi ziriko zirarasa rero?qui les a armés ubwo si Nininahaewe yabeshe ngo ni manif pacifique alors qu’il a un agenda cashé?

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :