L’alternance au sommet de l’État, une solution pour la stabilité politique au Burundi (éditorial)

Éditorial de la Radio BUJUMBURA Internationale du 22 aout 2015

L’alternance au sommet de l’État,
une solution pour la stabilité politique au Burundi

https://ciramunda.files.wordpress.com/2012/02/ciramunda.jpg?w=255&h=344A Arusha, lors des négociations pour certains, ou consultations pour d’autres, les burundais, dont je faisais partie, s’étaient convenus sur la mise en place des mécanismes pour installer une alternance au sommet de l’État. C’est à partir de cet argument que les tutsi BAGAZA Jean Baptiste et BAYAGANAKANDI Epitace n’ont pas été présenté pour succéder à BUYOYA. Le hutu NDAYIZEYE étant le plus indiqué suivant le principe d’alternance.

Aujourd’hui, cette approche a disparu totalement au niveau des données politiques à Bujumbura. Et pour cause les autorités successives l’ont écarté progressivement jusqu’à l’envoyer aux calandres grecques. Même la fameuse équipe chargée du suivi des accords d’Arusha a disparu. Certains membres ce cette commission ont même vécu des moments atroces dans le geôles de la documentation. C’est le cas de mon ami NIYONZIMA Déogratias.

Il ne faut pas chercher loin les pourquoi de cet effacement. Les criminels burundais, hutu et tutsi confondus, ont bradé cette alternance contre leur impunité pour les crimes de sang et crimes économiques. C’est ainsi qu’au lieu de mettre en avant un mécanisme qui allait réellement éradiquer le problème des massacres cycliques organisés par l’État, nous sommes retombés aujourd’hui dans les mêmes problèmes.

Les négociations vont donc commencer dans les jours à venir. En tout cas c’est ce que tout le monde préconisent malgré qu’il y a encore ceux qui pensent que la voie des armes et la plus indiquée pour chasser le système oligarchie qui sévit à Bujumbura.

Demain donc, que les négociateurs sachent qu’il faut remettre la question sur l’alternance au sommet de l’État au centre des débats. C’est à dire cinq ans pour un hutu (ou parti d’obédience hutu) et cinq ans pour un tutsi (ou parti d’obédience tutsi) ainsi de suite. Il est quand même bizarre de voir que ceux qui se disent défendre les accords d’Arusha oublient sciemment cette close pour laquelle nous avons tant mis de l’énergie lors des sessions du G7 à Moshi et du G8 à Arusha en 1999 en Tanzanie. Bizarre aussi que ceux qui disent défendre nos accords soient ceux qui ont émis des réserves et ont torpillé ces accords durant ces quinze dernières années.

Maintenant qu’il est encore possible de reprendre les négociations, il faudra plutôt commencer par renforcer ces accords d’Arusha et réitérer devant le peuple burundais le soutien total à cet accord. Sinon nous allons repartir sur d’autres bases et ramener l’impunité des crimes au centre des intérêts de la Nation comme c’est le cas aujourd’hui.

Bon début de semaine à tous.

CIRAMUNDA Richard

Publié le 23 août 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 49 Commentaires.

  1. Sur quel critère peut -on se baser pour cette équilibration? Erega mu Burundi ntihari amoko 2 gusa! Hariho abahutus, abatutsi, abatwa, n’abaganwa. Kandi ntanahamwe handitse iyo alternance, que ça dans l’accord d’Arusha et dans la constitution. Si une fois on entame des négotiations pour ça, il faudrait tenir compte des pourcentages de toutes les ethnies de la population burundaise Burundaise. Par exemple, il ne faut pas qu’une ethnie qui est représentée par plus de 80% reçoive le meme mandat et les meme plivilèges qu’une ethnie représentée par moins de 1% par exemple!!!!!

  2. Mr Ciramunda, merci d’avoir eu le courage de parler si haut ce que certains et nombreux de votre camp murmurent. La démocratie est la loi de la majorité, et je joins l’idée de l’autre qui prône que la représentation étique, le partage de pouvoir et des biens publics doit être proportionnel aux effectifs de chacun des 3 ethnies. Probablement que votre proposition ne sera pas acceptée comme telle. Mais plutôt l’alternative de la succession à la tête du pouvoir des partis à majorité éthnique opposée ferait sujet d’un un large débat promettant.

  3. Merci CIRAMUNDA pour votre contribution à la sortie de cette crise. Tant qu’il n’y aurait pas un système de partage et d’amour patriotique, nous survivrons toujours dans ce scenario. Cependant, la solution n’est pas celle de s’appuiyer sur le fondément ethnique bien que cela soit une réalité absolue au BURUNDI. Cela serait une solution éphemère qui se cloturera tôt ou tard à une rechute. Plutôt faut-il pousser loin pour arriver à la formation de deux parties (pour ne pas dire « partis ») basées sur des idéologies politiques différentes. Il faut supprimer par des élections toute cette gamme des partis politiques et n’en rester avec deux qui vont présenter leur projet au peuple burundais. Au début, on purra appliiquer votre fameuse altérnance pour mesurer les deux parties et après on laissera le peuple lui-même à se chisir le mieux valu. Vous allez voir le paradis descendre.

  4. Yezu dutabare mwami wacu ufute burundu mumitwe yabarundi ubuhutu hamwe n’ubututsi ndakwinginze ncuti yanje ukunda abarundi caaaane. Mbega abo bavuga ivyo abahutu n’abatutsi mbega mumisi iza aho muzi muzokira ingwano y’abihuture hamwe n’abitutsure nabo bariko barondera ico bafungura bura kubiheba ndabarahiye.

  5. Merci pour l’idée mais je pense qu’il faut aller plus loin et se demander si l’adage Kirundi « iyo wavuye ntihakuva i nyuma » n’est pas la vraie vérité (donc le vrai problème) de ces moments: les dirigeants Burundais, comme plusieurs africains, n’ont vraiment pas rompu avec le pouvoir monarchique, càd le désir d’être des rois. Sinon, comment expliquer ce souci permanent de rester au pouvoir coûte que coûte? Pour essayer de couvrir « leurs crimes politiques, économiques,… » comme le pensent certains? Peut-être mais je trouve que cela ne suffit pas pour narguer tout l’univers, pour inventer des « pétitions » pour changer les termes des constitutions! Non, il y a autre chose. Qu’on découvre cet autre chose et la solution sera définitivement trouvée. En attendant, ce serait bien d’essayer l’idée de Richard. Je crois qu’il y aura toujours un gars pour tout foutre en l’air (les mots sont très pesés).

  6. Cette question d’alternance ne devrait pas se poser, si les président Hutus et Tutsis auraient travaillé normalement pour tout burundais sans crimes éthniques surtout( car on sait que tout president se serve illegallement de la caisse de l’état). CECI EST MAINTENANT PRESQUE IMPOSSIBLE CHEZ LES BURUNDAIS, détrompez-vous ,on se connait bien.
    le système tutsi(Bagaza) a écarté ou fait agenouiller économiquement les hutus, Micombero et Buyoya ont massacr les hutus. Ndayizeye n’a pas eu assez de temps( à l’exeption de son gratte-ciel) pour être jugé. Nkurunziza vient de confirmer ce que les Tutsis craignaient: massacre ethnique des tutsis, les ruiner économiquement,… . Comprenez bien que toute choses a des limites. Quand la limite est depassé, on n’a plus peur car rien à perdre, tout étant déjà perdu. confère le cas de la naissance de la rebellion hutu. regarder les jeunes tutsis manifestants devant les balles réelles des policiers( serveurs des sbires hutus), En regardant certains vidéos, comment les manifestants sont tués à balles réelles (toute une décharge) j’ai cru a un film americain RAMBO. Devant une telle situation On ne peut pas croiser les bras, comme les hutus ne le pas fait, les tutsis ne le feront pas non plus. Oubliez la democratie, on n’est pas encore prêt, il n y en a pas , et c’est pas pour demain. D’ou necessite de trouver un systeme, où tout le monde se sent plus ou moins securisé et ceci pourait passer par l’alternance ethnique au sommet, car le burundi est particulier. Les burundais hutuset tutsis, sont différents des rwandais d’où il ne faut pas écouter ces les conseils de ces derniers.

  7. Argument plein de ruses et astuces.Est-ce que pour combattre l’impunité le Burundi doit recourir à l’alternance au pouvoir?Tout simplement les Tutsi not constaté avec regret qu’ils ne reviendraient plus jamais à la tête des affaires de l’Etat par la voie des élections!Ils savent bel et bien que la masse hutue ne votera jamais pour eux vu le cauchemar qu’elle a connu pendant tout leur règne…Pour s’en sortir,ILS brandissent l’alternance au pouvoir.Mais je dois vous assurer qu’une fois réussi à cette donne,ils ne lacheront jamais le pouvoir.Pourquoi veulent-ils polarizer la nation burundaise si CE n’est que CE soif de maximiser leurs intérêts egoistes?

  8. mpemukendamuke agathe

    Tous mes remerciements Monsieur Ciramunda pour cette idée. BAGAZA a démontré aux Barundi et au monde entier qu’ il est possible de développer un pays africain en dix ans sans faire recours à la dilapidation des richesses du pays, tout en maintenant le peuple dans une certaine sécurité et tranquillité . Des Individus comme Peter à la tête du pays font honte aussi bien aux Bahutu qu’ aux Batutsi. Si chaque éthnie devrait choisir un ou deux candidats présidentiables et les soumettre à l’ approbation de tous les Barundi, je pense que les uns et les autres réfléchiraient avant de choisir ces candidats. C’ est par pure miracle que les Barundi ont par exemple découvert la personalité trouble de Rwasa Agathon ces derniers temps. Malgré sa personnalité, il est certain qu’ il remporterait l’ élection présidentielle si elle était organisée aujourd’hui dans la transparence, vote éthique oblige et je vous promets que ce serait une véritable catastrophe pour la nation Burundaise. Rwasa comme Nkuru et son équipe serait là pour poursuivre la politique économique du CNDD FDD: vendre les biens du Pays, le sol et sous-sol burundais aux plus offrants qui ont forcé l’ entente entre Rwasa et le CNDD FDD. J’ ose éspérer que cette idée de Ciramunda sera soutenue par la majorité du peuple burundais pour le stabilité et le développement du BURUNDI.

  9. Richard aurait dû engager ce débat depuis le début car c’était en fait la question principal, que malheureusement les négociations de Arusha n’ont pas abordée. Ceci dit, seul un débat ouvert pourrait déterminer si cette solution serait la plus viable pour le Burundi. La démocratie étant un dialogue continu entre le peuple et le pouvoir, nous devons apprendre à dialoguer et non pas nous affairer à préparer des coup de forces par peuple interposé.
    Certains, comme Bitaha dans son commentaire ci-dessous, continuent à vouloir minimiser le rôle du peuple dans le processus démocratique (yatwise des moutons et cela ne fait que mettre en valeur son manque d’intellect) alors même que la démocratie nécessite la participation en masse du peuple pour la valoriser.
    D’autre part, certains continuent à vouloir nous faire croire qu’il n’y pas de problème Hutu-Tutsi alors qu’il est bien évident qu’il existe malgré les apparences affichées par nos politiciens (comédie oblige). Si nous voulons vraiment évoluer sur ce sujet, nous devons apprendre à appeler un chat un chat et engager un vrai dialogue dans ce sens. Sinon, nous risquons de toujours revenir au point zéro. Cessons pour toujours de jouer les hypocrites et cela pour le bien de tous les Burundais (car tous les autres ne font que défendre leurs intérêts économiques et géopolitiques).
    Si nous parvenons à trouver une réponse commune au mal qui envenime la vie politique au Burundi, nous pourrons entamer une marche vers le développement économique du pays. Sinon, nous aurons toujours des discussions politiques sans cesse et des rapaces au pouvoir; et leurs appétits resteront toujours leur plus grande motivation et le peuple n’aura toujours droit qu’aux miettes. Quant aux insultes et appelles à la violence proférés par certains sur le web, je ne suis certain qu’ils n’ajoutent rien au dialogue constructif. Merci

  10. mwese ndabumvirije muri ba mpema yuzuye,ba mpemuke ndamuke.kuramaboko mu mpuzu ejo aho bukera isahimwe yigitondo igere ushitse ku kivi,umurundi wese yimbure ari mugucingero canke mukwikorera murugiwe,abatwara nabo ,aho kugaranabanyagihugu mu mazu ku munsi wa gatandatu mubashe gushingamashirahamwe mukubigisha nukubatera.gutyo nta mwanya uzosubira kuboneka wo kurabuwundi mu kanwa.habihiganwa mu kugwizumwimbu aho kugwizibigwanisho bihekuruburundi

    • @hatungimana.
      ivyuvuze bishoboka gute mugihe mwalimu agihembwa $100 US agatanga ikori… kandi depute, senateri, ministre…ahembwa$1000+ kandi ataco bakora mugabo ntibatange ikori? turacari kure mwana wamama. ..

  11. Senkoni Mutabazi

    Jewe ntaho nigeze mbona bavuga ivyo vya alternance mu masezerano ya Arusha. Canke nuko ntazi gusoma. Uwoba abizi ndamusaba ko yombwira dans quel article ceci est exprimé. Soit, disons qu’on accepte l’alternance. Pourquoi celle-ci serait-elle appliquée seulement entre les Hutu et les Tutsi? Ese ntimubona ko abaganwa nabo bayakanuye ngo nibabahe ubutegetsi? Abatwa bobo se ubashira hehe ga Ciramunda? Bientôt Abagatolika nabo bazoshaka leur tour au pouvoir, puis les musulmans et les protestants. Twebwe se tucisengera Kiranga tuzotwara ryari? Dites-nous, Monsieur le journaliste politologue comment vous feriez pour réguler ce désordre absolu. Le principe démocratique dépasse les ethnies et autres groupuscules, il faut l’accepter avec ce que les accords d’Arusha offrent comme moyens de régulation.
    Ariko birabonetse ko mumaruru yose yavuze autour du 3ème mandat et le respect des accords d’Arusha ata kuri kwarimwo. En fait, comme certains analystes n’ont cessé de le prouver, l’objectif caché par certains nostalgiques tutsi était de récupérer le pouvoir. Maintenant qu’ils se rendent compte que leur guerre n’a pas porté de fruits, ils cherchent de nouveaux arguments. Pauvres Nyangoma, Radjabou, généraux en exil etc, saviez-vous que vous vous battez pour une alternance ethnique? Vous êtes trahis!

    • Abantu nka Senkoni nimwe mwishe Nkurunziza. Muramuhuvya, aho kumuhanura nawe nyene ngo yikuremwo amacakubiri. Ingorane uburundi bufise uyu munsi ntizitewe n’abatutsi na gatoyi. Mu myaka cumi iheze Nkurunziza atwara, abahutu barahahoneye. Baza aba FNL isinzi bakigandariye ababo bazokubwira. N’ubu baraye babakuyemwo 4 aho Mw’isare. Kuguma mushira imbere ibitarivyo kuko arivyo bibafasha mu migambi yanyu nivyo bizotembagaza igihugu mu manga. Amarushwa yugarije abarundi abahutu n’abatutsi barayasangiye. Ariko kubera hari abigishijwe ko ubwoko aribwo buteye ingorane hari abarenga ingorane bafise bakavyemera, bakagomba gufasha abifitiye inyungu zabo. Intwaro ihurikiye mwo bose
      itagirimwo amaganya n’amarira n’iyo izokiza abarundi. Ivyo bintazi mukoresha navyo ubwoko ntiburandurwa n’ububeshi, n’ubwishi bw’ubundi bwoko, muzoguma mubana mpaka Yezu agaruke kw’isi.

  12. Nshaka gushimira cane Ciramunda ivyo avuze, négociateurs sachent qu’il faut remettre la question sur l’alternance au sommet de l’État au centre des débats. C’est à dire cinq ans pour un hutu et cinq ans pour un tutsi .
    mbe nimba bavuga ko 1ère vice président aba umu Tutsi,kuki batovuga ko Président ategerezwa kuba umu Tutsi ??aba rundi kutavugana ukuri nivyo vyishe uburundi.ikibazo ngima nibaza nukungene PN yaciriwe urubanza rwo Guherayo aguma atwara u Burundi.

  13. On dit des choses et leur contraire. Si le problème actuel n’est pas fondé sur les ethnies, ce qui est une réelle avancée en soi, l’alternance ethnique au sommet de l’Etat ne devrait poser aucune souci. En effet, dans tous les partis, il y a des Hutus et des Tutsi capable de diriger le Burundi, capables de faire mieux que Peter. Si le principe était appliqué avec rigueur, on saurait c’est à qui le tour, à chaque grande échéance électorale. Si c’est le tour d’un Tutsi, tous les partis présenteraient leur meilleur candidat tutsi et si c’est le tour des Hutu, chaque parti ferait pareil. M. Ciramunda a donc raison: cette question mérite d’être posée sérieusement et d’être débattue dans les prochaines négociations.

  14. CIRAMUNDA Nukuri evoluant,, mbe CNARED ubona hatarimwo booose,, abahutu nabatutsi,,,,ikibazo ubu si umuhuu ou Umuhutsi ni intwaro mbi yakagwi kamwe soit kabahutu ou kabatutsi,,,ivyo uvuze navyo mbe democratiquement parlant ubona vyodenga gute ? Ubu kwisi yooose ubutegetsi bushikirwa biciye mu matora mugabo ateguwe neza,,atari amatora nkamwe aba DD bategurana na NDAYICARIYE,,,

  15. Essayons le système suisse et voir si on peut éviter de tomber sur un monstre qui nous gouvernera 5 ou plus sans autre moyen de nous en débarrasser étant donné que l’heure des coups d’état est révolu.

  16. Umuntu yotwara abihawe n’ubwoko, nibwo yotwarira. Twese turu abarundi, umuntu agifise ubuhutu, ubututsi ubutwa n’ibindi muriwe, uwo ntakwuye gutwara Uburundi narondere ikindi aja gutwara! Imana ntiyaremye amoko, yaremye umuntu. Negociation zifatiye kumoko ntacovamwo hokira bamwe hagapfa abandi. Twihane

    amacakubiri, tubabarirane kuvyaheze tuvyibagire, turabe imbere twubake igihugu cacu.
    God bless you all!

    • Tres bien dit, Mr Pontien! Je n’arrive toujours pas a comprendre les Barundi qui s’identifient d’abord et avant tout,de leurs origines ethniques. Et c’est la raison pour laquelle le Burundi est presque toujours en etat de guerre civile, et il est aujourd’hui le deuxieme ( si pas le premier maintenant ) pays le plus pauvre du monde, apres Haiti.
      Les vrais patriotes devraient eviter ces distinctions pour encourager l’unite d’un peuple aujourd’hui si meurtri.

  17. Suis totalement contre. alternance au pvr des partis polique à base ethnique. puu. plutot election libre, paisible,inclusive pour elire un programe vachement bon

  18. Mwese kuri iyi sujet muri en sujet d’espression démocratique: uwudashigikiye alternance ethnique ashigikiye gutoza urukerekere rw’abapaysans à voix égales na les intellectuels bafsaha gutwara igihugu None les rôles des deux catégories s’équivale-t-il dans le monde moderne ou il faut une pondération?
    Musanga ari byiza ko nkurunziza s’appuie sur la plèbe moutonnière pour multiplier par zero la voix des intellectuels unanime(sauf ba nsumirinda)? Ou il faut une pondération?

  19. Alternance ethnique au sommet de l’État? Des âneries! Avec la fin de la guerre ( intégration des forces de FNL Rwasa) et de la transition, le suivi et la mise en application de l’accord d’Arusha étaient de la responsabilité du gouvernement. Ce qui suscite l’insurrection, c’est l’appétit du pouvoir de ceux qui désespèrent de gagner un jour les élections face à un système populaire comme celui du CNDD FDD. Là, ils avancent les mêmes pièges à cons comme ces âneries de Ciramunda, seigneur de guerre quand ça lui chante et journaliste à ses heures. Le dialogue est nécessaire pour discuter des questions vitales comme les marchés publics, le chômage de la jeunesse, l’investissement étranger et local, la lutte contre la corruption, l’impunité des crimes de sang et la déontologie des professionnels des médias.

  20. Votre point de vue necessite de le faire juger par le referendum populaire car la population niyo yonyene itanga ubutegetsi. Burya rero ingorane ziri au Burundi ntizihagaze namba ku bwoko bw’umukuru w’igihugu, abamufasha gutwara babifisemwo uruhara rudasanzwe!

  21. hahahahahahaha!!!! ubwo bwenge ninde yabukwigishije? kumbe nivyo mushaka?eka uri ciramunda koko!aha mutinya amatora, iyo amatora ageze mukaja kurasara no gutera grenades kubantu mwibaza ngo muzoronka ivyagusa.Mbega nyene, qu’est ce que tu appelles reserves? Wewe ngira ntiwize kaminuza? Ntamunyeshure yunguruzwa yaronse sous sept.Abo batutsi mwarungitse gukina politique bakaba batabishoboye kurondera abanywanyi bazobatora, ndakurahiye muzotwarwa gushika yezu kristo agarutse! Ngejejaho!

  22. j’ ai une question a vous poser! ou sont parti les sont armees que nous entendions chaque soir avant que le PN prete serment? le jour de son investure Nkurunziza a dit que : desormais il y a la paix. et ce que je vois, il semble qu’il y a la paix!!!! Est- ce les jeunes de ces quartiers qui detenaient les armees ou sont des personnes que le gouvernement payer et envoyer pour faire endormir l’ opposition comme quoi demain, ils faire face au president par cout de force, s’il refuse de partir de son propre gre? donc les jeunes de musaga, cibitoke, mutakura, jabe n’avait pas d’armees , ils ont accepte d’etre des alliers avec les gens qu’ils ne connaissent , donc des alliers avec le gouvernement en d’autre terme des espions??? les jeunes de ces quartiers vs vs rendez comte de cet erreurs monumentales qui peuve couter votre vie? ces gens que vous penser qu’ils sont des FNL, ou sont -ils? on disait qu’ une rebellion est entre de naitre alors que c’est faux? vs av tombe ds un piege le pouvoir en place est entre de tuer de gens chaque jour un a un. les gens qui vs denonce se sont ceux que vous supposer des FNL alors qu’ un realiter ce sont des imbonerakures qui vs espionner, et les autres rebellions Niyombare n ‘ est que des pures mensonges! revellez vs, fo plus dire que c’ etais des rebellions montagees, soyez prudent ont raisonne a votre place.entrez dans les truques que vs avez organise vs meme. ils ne sont pas plus fort ou plus intelligent que vs. n’ acceptent plus leur offres sur des plateaux en or. bariko barica ls jeunes par des pieges. barazi ico mukeneye , reka kuja mubintu atari mwebwe mwa vyi initier, itangurire gwanyu. reka kwegera ikigwanisho utaguz cank utihigiy, bariko barabatwenga ngo mukoresha ibigwanisho mutaguz , nkaba nye jabe na musaga. abo wahora mwibaza ngo ni ls compagnons de lutte ntibabavaneho bacakire naba espions, uwumva yumve!!!!!

  23. ya!!ya!!! Richa reka sha kuvanga ama dossiers,tubanze CNARES ikore urgence yugutahukana nugufunguza,nugukura ibigwanisho mubanyagihugu,nukuraba utwobafungura nimba tukiriho mubigega.Hanyuma bategure amatora twese abanyagihugu dutore atangorane,Hanyuma dukore nyabuna turaba ko génération zikurikira zizobaho neza.Ivyamoko tuzobivuta,nakare génération 21 éme siécle téchnologia iriko irabifutaaaa!!!Ikimenyamenya iyo bareka manifestation free!!Twari kuba tugeze kureee!!! Muga ntaco bizoza.Ya!!!ya!!!Richad aha kuvanga madossiers weyeeeeeeeeeeeee!!!!!

  24. Un grand merci à Mr Ciramunda qui a eu le courage de mettre sur le tapis ce thème qui a tant occupé les débats politico-politiques burundais. S’i y a une chose pour laquelle les Burundais devrais être reconnaissant au bon Dieu, c’est ce pas fait dans le sens d’exprimer son idée en toute liberté. Et en particulier en matière d’ethnie, car ceux ont plus de 30 ans savent très bien que cela n’a pas toujours été le cas. Pour quoi dois rappeler cela? Parce qu’il est devenu clair, que le problème d’ethnie au Burundi n’en a jamais été un! Tout simplement, presque tous les politiciens, je choisis exprès le mot « politicien » en l’opposant au « politique », qui se sont succédés au pouvoir ont toujours tenté de politiser notre appartenance ethnique. C’est aussi simple que ça!
    Inutile de rappeler que jusqu’au moment où j’écris ces lignes, il y a encore des mariages inter-ethniques dans notre pays. Malgré ces nombreuses années de crises socio-politiques qu’ a connues notre pays, les Burundais, toutes composantes ethniques confondues, vivent encore en harmonie sur la quasi totalité du territoire national. Sauf bien entendu dans les milieux urbains où, ayons le courage de le dire, certains intellectuels sont encore prisonniers des considérations ethnicistes. Cela se fait remarquer à travers les différentes cérémonies de « kuganduka, kugosha, etc! Mais là encore c’est des cas sporadiques! En général, les gens sont allés au-delà de ces bassesses sociales d' »amacakubiri ».
    Cela dit, je voudrais, pour terminer revenir sur la proposition de Richard Ciramunda. Bien entendu, ce que je viens de brosser ne peut me conduire qu’à dire que sa proposition, tout en la respectant, n’est plus du moment. Il faut évoluer Mr Richard dans ce sens que tu poses un faux problème. Tu n’as qu’à voir la façon dont le régime Nkurunziza, durant ces deux derniers mandats, a opprimé, et même massacré des hutu alors que cedit régime se disait être venu pour asseoir la justice réconforter tout le monde, entendez par là les Hutu en premier lieu puisque Nkurunziza et ses acolytes ne cessaient de chanter que les hutu avaient trop souffert! L’histoire nous apprendra qu’ils n’ont utilisé que l’ethnie pour se maintenir au pouvoir. Encore aujourd’hui, l’opposition et même vous Mr Ciramunda, disez que Nkurunziza se cache derrière les considérations ethniques pour se maintenir au pouvoir!
    En somme, le Burundi a besoin des dirigeants qui cherchent le bien de tous, qu’ils soient hutu, ou qu’ils soient Tutsi, ce n’est pas ça la préoccupation du citoyen lamda. Si les Tutsi qui ont dirigé le Burundais depuis Bagaza à Buyoya 1 et 2, avaient donné à tous, sans distinction aucune, la chance d’étudier, de s’enrôler dans l’armée, etc, si le pouvoir oligarchique de Nkurunziza n’avait pas piétinés les liberté fondamentales et bafoué la dignité les droits humains, ta proposition, mon frère Ciramunda, serait le dernier de nos soucis. Et encore aujourd’hui, aucune analyse correctement faite, ne pourait jamais plus nous conduire à conclure la crise burundaise est ethnique.
    A ceux/ celles qui ne seraient pas satisfaites de continuer leurs analyses en la matière!
    Salutations fraternelles!

  25. Et ceux qui sont convaincus etre Ganwa, Twa et Naturalisés burundais quel serait leur sort d’après ta solution

  26. Nivyo mu masezerano ya Arusha harimwo des reserves nazo zari ALTERNANCE HUTU TUTSI harimwo nizindi Article zitigeze zikurikizwa
    Kuvyerekeye ikibazo tugeze ko nibaza ko habonetse Abatwara Transition neza bagakura ibibazo vyose bihanze Abarundi arivyo vy umutekano ubukene kuhungura abahunze
    kupfungura abapfungiwe ubusa Ibigwanisho vyakuwe mu gihugu Ibindi vyose bizokwigwa mu nyuma Abarundi batekanye baticura kwicwa

  27. je suis tellement decu de ton analyse. je ne pensais pas un une personnalité intelligwntw qui pense reculer a ce point. la democratie a une base sur des elections transparentes pas sur une mafia de donna donner. seuls les idees des uns et des autres sont aptes a determiner les dirigeants pas un simple partage entre hutu et tutsi et d’apres toi un twa qui aura une tres bonne ideologie n’aura pas le droit de gouverner? bien sur qu’un twa peut etre president du bdi. t’es tjrs sous les verrous desvieilles idees de parena si vous voulais etre in vrai journaliste eoignez-vous de ces idees et soyez pro. la carte ethnique ne devait pluw avoir une place au Bdi vu les 10 ans que nous venons de traverser. ca a demontrer k reellement le problem au Bdi n’a jamais ete l’ethnie mais plutot lesinterets des uns et des autres. combien de hutu ont perri durant les 10 dernieres annees suite aux interets de klk hutu? combien de tutsi sont des fouteurs de troubles dans la demolitions des partis a majorite tutsi? y a bcp a dire mais l’essentiel est là

  28. CIRAMUNDA tu exagèrse , ca c’est une vieille idée , ça se fait nul par au monde. Par contre , votre opinion radicaliserait l’ethnisme au Burundi. L’alternance HUTU ou TUTSI au pouvoir pour une période de 5 ans . n’a pas une logique démocratique. Il faut que le peuple se choisisse lui-même de leurs dirigeants via des élections non truquées comme on vient de le livre et ce , sans tenir compte que l’on soit Hutu ou Tutsi. Si non NDANDAYE serait mort pour rien.

    DANS NOS TETES IL NOUS FAUDRAIT FORMATER CETTE IDEE DE HUTU OU TUTSI ,SI NON ON AVANCERA JAMAIS

  29. Ce n’est pas le fait du simple hazard que tu as oublie 5 ans pour les Twa. Democratie a l’alternance ntibaho. Wewe Democratie ntiwibagire que le peuple doivent choisir les dirigeants. You need to revisit Burundi History. You will find out that the normal Mushingantahe did not care ubwoko b’Umwami. Micombero, Bagaza et Buyoya ont dirige combien d’annees sans que les Hutus disent aucun mot. Gira sondage urabe Abatutsi n’abahutu detenteur ya Diplome Universitaire uzoca usanga que le Burundi a change.PAS DE DEMOCRATIE A L’ALTERNANCE MR. CIRAMUDA. DEMOCRATIE C’EST LA VOIX DU PLEUPLE PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUBLE. PAS LA VOIX D’ARUSHA. Detrompes toi

  30. Ivyo uvuze ndabishigikiye caane mu gihe Abarundi tukizingamitswe n’amoko ariko n’abatwa ntibasigare inyuma kuko akarenganyo kababaza bose.

  31. je suis de ton avis.les victimes du regime actuel (hutu) sont plus les hutu que les tutsi meme si je doit reconnaitre qu’il n,ya pas encore d,un travail scientofique pour le prouver

  32. uri umusazi n,ikijuju. mbega abatutsi ni bangahe, abahutu ni bangahe my gihugu? sawa biba proportionel kandi duca tubikorerako hose. na 40% muronka ni nyinshi. ibintu kuva ubu biterezwa kuba proportionel.

  33. Mr Ciramunda ce que vous dites sera possible si nous retournons dans le system du monopartisme au Burundi. Les Tutsi ont leurs parties politique, dans toutes les parties politiques il y a les Hutus ainsi que les Tutsis. Vous voulez que les Hutus travaillent beaucoup pour les Tutsi, sensibilisent la population urbaine pour les Tutsi? ako ni kagacinyizo mudashaka ko kavaho. le Burundi a change’, uwushaka gutwara iguhugu azogikorera cane abanyagihugu babibone. Premierement ni gukura ho amacakubiri y’ubwoko. Kwigisha abanyagihugu ko abazungu baduhenze ngo turi abahutu n’ abatutsi avec des exemple bazobitahura buhoro buhoro; Hanyuma Democracy y’Iburundi izoheza yumakire kw’iterambere, amahoro n’umutekano abanyagihugu bifuza et non pas kubwoko bitewe n’ubwoba bwakahise baciyemwo. Alterance ntishoboka kuko yabaye imposee sur les Burundais mais irashoboka aruko uwitoje azwi kubera ico amariye abarundi. Si no nimba batora umboko, badatora umuntu kuko bazi ico abamariye, n’ubundi bazoheza bahindukire batore umugabwe ufise umu Hutu comme candident; None bizoca bigenda gute?
    Hariho indirimbo ya UPRONA ivuga ngo twishakira ubumweee, twishakira amahoroo, twishakira iterambereee democaracyyy mubonse rimwe. Ico nico uburundi n’abarundi dukeneye. Kwumva ko twonse rimwe.
    Merci.

  34. Ernest marie Ntamba

    Ntidukeneye kunva ko ubwoko aribwo butwara ahubwo dukeneye abatwara bisunze agateka ku muntu wese.Ivyo uvuze ni bimwe vyi nda ntaho bihuriye ni ntwaro rusangi

  35. Monsieur ciramunda,c;est vraix qu;il y est l;Lternance,msis 5 ans et 5 ans encore c;est beacoups a la tete du pays. S;il faut changer cela,il faut qu;on le fasse. Mais bon DIEU,nous ne voulons pas voir encore nkurumbi a la magistrature du pays. Nous ne voulons pas un assassin.et dire un hutu demain un tutsi aujourd;hui,ca aussi c;est a revoir.merci quand meme.

  36. Bien dit, Philbert: le problème de notre pays n’est pas l’ethnie des dirigeants.

  37. alternance d,accord,mais ça doit passer par la voie des urnes,ainsi telle éthnie qu.il soit,le président doit provenir du parti vainqueur

  38. c,east une bonne idee

    • Deux ans de mandats renouvelable pour 2 ans,ca va. Mais 5 a 5 ans,c;est trop pour des voleurs assassin. 10ans pour nyakubahwa nubu yongerwe BAGAZA umushingantahe wijunja yakoreye UBURUNDI bigashimwa,naho hari abamuvugako ibitarivys,ariko barashima igihe yari kubutegetsi ko hari iterambere ndet$e nsmahoro yariho arengeye.mais pour prevoir que les bsndits voleurs et assassins ne ruine pas notre rishesse,il faut 2 ans et 2 ans. En tout cas,niysba arumukozi akunda igihugu nabanyagihugu,4 ans au pouvoir abskoze ibitaribike biboneka. Alors,avec 10 ans de mujeri ou gustave qu;ils ont passe au pouvoir,,reellement tuvugishije ukuri,bakoze iki? Ariko BAGAZA, nubu ivyo yadize akoze biracagaragara arinavyo uburundi bwaribukigenderako.none macjine dd yabisambuye byose,on est retourne dans les annees 60. Bon DIEU, turagusavye udukureko mujeri.

  39. Mr Ciramunda
    Tout n’est pas faux dans votre analyse mais la conclusion que vous tirez est d’une exceptionnelle légereté . En fait vous expliquez un certain nombre de choses – ce que vous voulez dire- et concluez que la meilleure alternance est un tutsi cinq ans et un hutu cinq. A mon avis ramener la démocratie à une simple alternance entre tutsi et hutu c’est d’abord ignorer que les twa existent c’est surtout que les hutu comme les tutsi peuvent être de gros dangers dans la démocratie dans leurs propres camps . j’en ai pour preuve Mr nduwimana l’ex ministre de l’intérieur , il est l’un des hommes les plus dangereux du système Nkurunziza qui , comme chacun le sait tente sans succès d’encourager la haine ethnique. La simple alternance ethnique n’apporte rien au système burundais. Votre reflesion est d’une légereté insoutenable

    • Je m’excuse d’avance. Permet moi d’etre contre a vos parlote ethnique. Une ou deux simples questions: D’où ou quelle est la ressource d’ Ethnie au Burundi et quand par Qui avec quelle intention ?

      Une seule solution est de mettre une option dennomé MASTER CLEAN dans les cerveaux de la nation burundaise pour effacer les fausses ethnies (TUTSI, HUTU, TWA).

      La loi internationale d’ethnie dit que TOUTE ETHNIE DOIT AVOIR SA PROPRE LANGUE.

      QUESTION: Y a-t-il langue HUTU, TUTSI ou TWA au Burundi ?

      Au Burundi les citoyens nationalistes utilisent Deux langues ethniques et seulement. « KIRUNDI et KISWAHILI » pour dire qu’il y a Deux ethnies: les BARUNDI et les BASWAHILI ».

      Etonant, la langue proffessionelle utilisé au Burundi esu une langue étranger de nos colonisateurs « Français » au lieu d’utiliser la langue Nationale. Ce qui reste est de changer l’hymne national dans d’autres langues etrangers.

      Il est temp de se reveiller chers Burundais(es). Aimons notre pays en commançant de semer l’amour entre nous même.

      • la démocratie est un droit acquis pour les burundais.on ne peut pas reculer. ce qui est important c’est le choix d’un leader soif de répondre aux desiderata de toute les couches de la population en respectant les 11 piliers de la démocratie. sinon ça serait l’assise du vantriotisme.

        • aho uri gushyihikira peter urwanya amasezerano ya Arusha. none ibyo uvug biri muri art. ya kangahe? wifuza ko peter uitwaza ngo amasezeran ya Arusha nubundi siyo n’abandi bashak gukurikiza? iyo idée yawe iri kuvanga dossier no guterz intege Nkurunziza.

          • gakwavu godèliève

            kaburi Pascal,uri imvugakuri.Iyo Ciramunda ataba ariko avugira abatutsi yari guca asaba ko 40% baronka zigabanuka bakabaha ibibakwiy à voir le pourcentage yabo hanyuma rero abahutu bagahabwa ibibakwiy batazimbw nabo nyn selon uko bangana.Abatwa mb ko mubibagira?!Abaganwa ntibabesh nabatutsi nta bwoko bwabaganwa buhari nuko bacanyemwo gusa havuy intwaro ya cami baciy batotezwa!Non ga yemw ugutotezwa bituma havuka ubundi bwoko?Aho ho nubundi nimubwiteg buracaza!

      • ewe emmanuel sha! ubwo ivyo uvuze ko loi international yemera ubwoko mugihe bwisangije ururimi? USA abazungu nabirabure ko bavuga ururimi rumwe basangiye ubwoko? kuvugira kuvuga gusa ntaco bimaze

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :