INTERPOL se fait ridiculiser par le gouvernement illégale du Burundi

https://i1.wp.com/www.wereport.fr/wp-content/uploads/2013/10/Interpol-Fred-Dufour-AFP.jpgDepuis un certain temps, il se passe des choses presque anodine mais grave pour une institution comme INTERPOL.

Interpol est une organisation internationale créée le 7 septembre 1923 dans le but de promouvoir la coopération policière internationale. Son nom complet est Organisation internationale de police criminelle (OIPC). Son siège est situé dans la ville de Lyon en France. Interpol est connue pour délivrer, entre autres, des notices rouges, documents d’alerte qui une fois publiés permettent d’assurer la traque planétaire de criminels recherchés dans le monde. Ces documents qui contiennent des éléments d’identification et des éléments juridiques sur les individus recherchés sont diffusés à travers 190 pays membres. Ils facilitent grandement le travail des polices nationales en leur permettant d’identifier, de localiser et d’arrêter des individus recherchés sur la base de n’importe quel contrôle à des fins d’extradition.

Malgré cette noble mission, cette organisation internationale subit souvent des abus de la part des gouvernements sans foi ni loi. C’est le cas du Burundi qui abuse de son adhésion à cette organisation internationale.

Il y a quelque jours, deux personnes issues de l’opposition sont arrêtées pour des motifs fallacieux. Il est vrai que NZEYIMANA Pasteur et NDUWIMANA Onesime pouvaient bien être poursuivit pour d’autres dossiers mais pas celui de vol de passeports diplomatiques. Ces deux anciens dignitaires du CNDD-FDD ont été arrêté respectivement à l’aéroport de Paris et Bruxelles. Ils ont été relâché par les polices locales après vérifications.

Le plus grave, c’est l’arrestation de l’ancien président de la république et sénateur à vie, Monsieur NTIBANTUNGANYA Sylvestre hier à Zaventem. Il a quitté le Burundi via l’aéroport internationale. La PAFE (police des frontières burundaises) a tamponné dans son passeport. Mais arrivé à l’aéroport belge, Interpol l’arrête pendant deux heures pour vérifier que son passeport diplomatique n’a pas été volé.

Il est vrai que la plus part des trafiquants de drogue burundais qui croupissent dans les prisons européennes voyageaient avec des passeports diplomatiques mais Interpol ne peut pas se tromper à ce point sur une haute personnalité comme NTIBANTUNGANYA.

Soit Interpol donne un avertissement sérieux à son agent de liaison à Bujumbura ou il arrête de tourner en ridule. Heureusement qu’il y a des polices locales qui, eux, suivent l’évolution politique des pays comme celui du Burundi. Ce que ne fait apparemment pas la grande INTERPOL.

Aujourd’hui, tous les opposants politiques burundais ont un dossier chez Interpol. Interpol est devenu un moyen de pression politique pour le Burundi. Des politiciens, des journalistes, des activistes de la société civile sont sur la liste d’Interpol avec des dossiers conçus à la hâte pour seulement les emmerder pendant leurs voyages.

Nous faisons ici un clin d’œil à INTERPOL. Si cette organisation ne sait pas que le gouvernement burundais est illégale qu’il s’informe auprès des français et des belges eux qui ont rendu caduques leurs hauts faits lors des dernières arrestations à Roissy et Zaventem.

Merci à la police belge et française et honte à INTERPOL qui continue à soutenir un gouvernent dictatorial, illégal et criminel.

CIRAMUNDA Richard, Radio BUJUMBURA Internationale

Publié le 5 septembre 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 7 Commentaires.

  1. Turizera ko hariho ibibazo mu Burundi abarundi badahurizako. Ariko nashaka nsabe abarundi twikebuke tureke kurenza urugero mu mvugo zacu. Nta nkeka ko i Burundi hariho abantu bashigikiye Nkurunziza nkuko hariho abatamushigikiye.Ariko iyo muvuga ko abarundi batemera inzego zihari uno munsi kuba ari gushikuza.Ububeshi ntaho buzodushikana atari kumarana kubera inyungu z’abantu bakeyi cane.

  2. Erega, le fait que muguma musohora umunuko gusa mukanwa kanyu, uwobegereye wese arabahunga. Amakungu ashigikira une equipe yisoneye; Ntaho vyakabonetse ko umuntu yigira umukuru w’Igihugu n’ayo makungu muvuga atarabimwemerera. Muvugirizwa Burundibwacu kandi atanumwe azi aho leta yanyu ishinze imizi. Erega iyo virus iri muri mwebwe amakungu aratinya ko yokwandukira isi yose. Quel desordreeeeeeeee!
    Urazi ingene mwuzuye ubwenge butagira uko bungana buruta ubw’abo mwita abera babazungu. Shira ubwo bwenge hamwe twubake Uburundi bwacu hanyuma murabe ko iyo nzara, ubwicanyi n’ubusuma bitazohava buhoro buhoro. Igiti ntukigorora wiruka, uritonda, ugafata umwanya ukwiye kurira ntukivune. Nico kimwe n’iki gihugu cacu.
    Merci. Ibiriko biraba bibabere akarorero amazi atararenga inkombe.

    • Aho ntaco uvuze kweri
      ubona harabashoboye gutwara igihugu
      atari kuronderera inda zabo gusa
      nimwikebuke murabe ibindi bihugu ingene bikora sivyo guta munda nsa

  3. Ces incidents diplomatiques mettent à nu les faiblesses du CNARED: sa voix n’est pas assez audible dans le monde. Ces derniers temps, il se fait discret sur la scène médiatique pendant que le gouvernement illégal de Bujumbura déploie ses émissaires dans la sous région et dans le monde entier: on n’entend ses représentants sur aucune radio; on ne les voit nulle part sur les TV. Que fait le Cnared en amont lorsque l’un de ses hauts représentants est en déplacement officiel! Il faut informer, prévoir un accueil digne, se faire accompagner et conseiller par un avocat bien introduit dans les hautes sphère des dirigeants européens. Il ne faut surtout pas fermer l’œil: uwutambana na mukeba ntakoma urugohe!

  4. MUBIMENYESHE INTERPOL

    Je conseillerais plutôt au CNARED qui est la seule institution actuellement crédible à l’égard du peuple Burundais et de la Communauté internationale d’écrire une lettre de protestation accompagnée d’une note de présentation à Interpol International , la note de présentation contiendrait des explications sur l’évolution de la situation politique du Burundi , les objectifs visés par la présidence et le Gouvernement du Burundi qui sont des institutions illégales et non reconnues par le peuple Burundais et la communauté internationales. Ces institutions illégales ne ridiculisent pas seulement Interpol mais sont entrain d’induire cette noble organisation internationale dans des activités de nature à faciliter la commission des crimes car les autorités arrêtées par Interpol si une fois elles sont extradées, elles pourraient subir des actes de tortures et des traitements inhumais et dégradants voire même être assassinées ou exécutées par ces institutions illégales. Le CNARED devraient non seulement expliquer mais également sensibiliser toute la communauté internationale sur les ambitions funestes de ces institutions illégales de Bujumbura qui sont entrain de planifier et de faire un génocide déguisé des opposants au troisième mandant illégal de NKURUNZIZA Pierre dans le silence de la communauté internationale. « Ce n’est pas l’acharnement des méchants qui tue mais le silence des personnes de bonne fois qui écoutent et observent sans rien faire…(citation d’un mécontemporain) » Le CNARED pourrait convaincre d’autres postes d’Interpol dans le Monde en utilisant la Jurisprudence des cas Onésime NDUWIMANA, Pasteur NZIYIMANA et le Président Sylvestre NTIBANTUNGANYA.

  5. la politique est un jeu sans verité donc c’est l’art de mentir.c’est pour cela que la verité burundaise est difficile à comprendre pour les blancs.

  6. Bien dit Mr Richard

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :