Le Premier Vice-Président de la République rencontre les journalistes burundais

https://i0.wp.com/presidence.gov.bi/IMG/arton5647.jpgSur invitation du Premier Vice-Président de la République , certains cadres du ministère ayant l’Information dans ses attributions et les professionnels des médias (publics et privés) ont échangé autour d’un verre. C’était en fin d’après-midi de ce jeudi, 10 septembre 2015.

Résidence du Premier Vice-président de la République du Burundi, vers 18h. Un cadre plutôt inhabituel pour les cadres du ministère ayant l’information et la communication dans ses attributions, les directeurs de différents organes de presse publics et privés, des professionnelles des médias ou encore le président du FESTICAB et de l’EAFN (East African Flim Network), qui ont répondu présents.

Parmi les invités se trouve notamment M. Richard Giramahoro, président du CNC et M. Jérôme Ndikuriyo, Directeur de la Communication et Assistant a.i du Ministre de tutelle.

Après les présentations respectives, S.E Gaston Sindimwo prend la parole pour souhaiter la bienvenue à tout le monde et préciser l’objectif de l’initiative : « C’est une occasion de vous rencontrer dans un cadre différent de celui habituel, et de vous parler des priorités du gouvernement car votre rôle est très important. »

Par ailleurs, « au moment où il y a ceux qui disent qu’il n’y a plus de médias au Burundi, nous voulons montrer la réalité du pays. Votre voix porte loin. Je vous invite à consolider la paix et la sécurité », souligne-t-il.

Heureux de l’initiative, le président du Conseil National de la Communication (CNC), M. Richard Giramahoro remercie le Premier Vice-President de la Republique . Ceci, indique-t-il, est un signe éloquent qui témoigne le souhait du gouvernement de voir ses relations avec les journalistes être au beau fixe.

Étant donné qu’il y a des radios qui n’émettent plus, M. Giramahoro a demandé à S.E. le Vice-président de la République du Burundi de continuer le dialogue déjà amorcé avec les concernés, pour que « ces radios diffusent de nouveau les émissions comme ils doivent le faire. »

Publié le 11 septembre 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 10 Commentaires.

  1. ewe richard sha aho ntimubona ko muri ba nsumirinda gusa .Inzara irahera basha ariko igihemu kubi ntigihera

  2. Mbona twoguma gutyo gushika ama radios akazokwugurugwa na Cnared kuko gushika ubu nta mukuru wigihugu ariho. Turindire lero ama radios azokwugurugwa nabanyagihugu kandi nubutegetsi bushasha.

  3. Avez-vous remarqué l’état du mur (fissure et peinture fatiguée) de la résidence du premier VP? Hahaha… Quand on invite les gens on commence par balayer la maison!

  4. Dans la mesure où les radios, la Radio Publique Africaine, RPA, amie chérie du CNDD-FDD au temps du maquis, la Télé Renaissance, BONESHA FM et ISANGANIRO, médias qui n’accusent pas vraiment de reproches vis-à-vis de leurs écouteurs, mis à part quelques personnes intolérantes des voix contraires, émettaient; si ils le faisaient sans autre restriction que la seule loi qui régit la presse, la confiance, entre les médias nationaux et internationaux, la population, les partenaires d’honneur, d’une part, et le gouvernement burundais, d’autre part, se rétablirait sur tout le territoire, les cœurs des citoyens et citoyennes s’apaiserait, la concorde entre les ethnies s’assainirait, les corps de défense et de sécurité œuvreraient en symphonie mélodieuse.
    Les réfugiés rentreraient. La confiance gagnerait les esprits des dirigeants et des gouvernés; cette confiance ferait naîtrait la foi en la capacité de chaque habitant du pays, résident ou national; la foi en soi occasionnerait un élan de l’amour d soi et des autres; l’amour cimenterait la fraternité entre citoyen et visiteurs du pays ; fraternité moteur du progrès, du développement et la marche vers la conscience de l’Unité. Nous vivrions dans l’idéal de « unum e pluribus » (l’unité dans la multiplicité). Voici le bien suprême (summum bonum) que nous nous privons en cultivant l’intolérance pour des futilités de pouvoir et de possession matériel qui durent l’espace d’un matin.
    Nos médias sont encore jeunes, raison pour laquelle ils doivent être écoutés, guidés et assurés par le pouvoir. Comme ses propres enfants, ils ne doivent être brimés ou réprimés pour une raison ou un autre, mais être accompagnés dans leur essai de se retrouver. Nos médias devraient à leur tour apprendre à diffuser aussi bien la Réalité sur la Philosophie, l’Humanisme et la Spiritualité dont le monde a tant besoin pour se survivre à lui-même ,que l’Actualité sur la religiosité et la politique. Eh, si le chef d’Etat, son gouvernement et les médias se disaient chacun: » je n’ai pas le monopole de la vérité »! Le pays connaîtrait un renouveau et nos médias contempleraient une aube nouvelle dans l’exercice de leur métier.

  5. Continuer ainsi mais que tout le monde soit responsable de sed agissements

  6. est ce qu’il n’a pas participé à leur fermeture. ivyo nibihendwa abana

  7. Même si il a demandé l’ouverture de ces radios fermées pour le moment c’est encore difficile puisque qu’il y a encore des points qu’il faut que les responsables de ces radios qu’ils acceptent dans le cas contraire à question doit rester en vain

  8. Monsieur Richard n’eut ete la volonte de ne pas de ne pas perdre son travail il sait dire la verite.comtrairement au souhait de Gaston il veut que les radios sacagees emettent de nouveau c,est deja grand chose merci Richard

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :