Interpol se défend de réprimer les opposants

https://i1.wp.com/i.ebayimg.com/00/s/OTYwWDk2MA==/z/AvUAAOSw-jhULIQl/$_35.JPGL’organisation Interpol a-t-elle été instrumentalisée par le gouvernement burundais pour réprimer les opposants au troisième mandat ? C’est en tout ce qu’affirment des opposants, des figures de la société civile et des frondeurs du parti au pouvoir. Sept d’entre eux ont été bloqués ces dernières semaines dans des aéroports à l’étranger, principalement celui de Bruxelles. Les passeports avaient été signalés à Interpol par les autorités burundaises. Interpol se défend de toute ingérence politique.

« S’ils devaient arrêter quelqu’un, ça devrait plutôt être le président Nkurunziza », lance Frédéric Bamvuginyumvira, vice-président du Frodebu. Il est l’un des derniers à avoir été arrêté à l’aéroport de Bruxelles. « Les policiers belges m’ont retenu très peu de temps, ils savaient déjà que c’est du n’importe quoi », ajoute l’opposant avant de conclure : « Le minimum pour une organisation comme interpol, ce serait de chercher à savoir ce qui se passe dans le pays. » D’autres parlent d’incompétence ou qualifient Interpol d’organe de répression politique.

Interrogée par RFI, Interpol brandit l’article 3 de son acte constitutif qui interdit à l’agence internationale de police la plus importante du monde de mener des actions ou interventions à caractère politique, mais se refuse à commenter ces cas individuels. Le rôle d’Interpol est d’assister les forces de police nationales à localiser ou arrêter des individus recherchés par les Etats membres, explique en substance un chargé de communication de l’organisation. Il précise qu’Interpol peut en cas de doute demander à l’Etat concerné des explications supplémentaires, voire même retirer l’alerte, la fameuse notice rouge, lancée à l’internationale.

Pour l’ONG Fair Trials, Interpol ne tient pas suffisamment compte du respect de l’Etat de droit dans les pays membres et ne demande pas les documents, comme un mandat d’arrêt, avant de lancer un alerte. Des pratiques qui se perpétuent malgré la création en 2014 d’un groupe de travail sur cette question. Et les recours, déplore l’ONG, sont presque impossibles.

On a vu qu’Interpol n’exerçait pas un contrôle assez diligent sur les demandes de notices rouges, notamment qu’elle ne prenait pas suffisamment en compte, à notre sens, des problèmes reconnus dans le respect de l’Etat de droit et des droits de l’homme dans les pays émetteurs. Également, elle ne demandait pas suffisamment d’informations. Elle ne sollicite toujours pas de manière automatique un mandat d’arrêt de la part de l’Etat émetteur. Tout ça fait qu’il a été possible pour un nombre d’Etats de faire passer sous le radar des tentatives de détournements politiques de ce système. Alex Tinsley, juriste à Fair Trials 22/09/2015 – par Sonia Rolley Écouter

le 22-09-2015 à 17:05, http://www.rfi.fr/afrique

Publié le 22 septembre 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. birakomeye kabisa

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :