Quatre proches du président Nkurunziza visés par des sanctions de l’UE

https://i2.wp.com/www.jeuneafrique.com/medias/2015/05/15/cfc8491d6ffdadcb78c6fd3c88f83892b2c5434b-592x296-1443531171.jpg

Burundi: Nkurunziza remercie les forces de sécurité et défense pour leur « efficacité » à « stopper » le putsch © AFP

L’Union européenne devrait adopter jeudi des sanctions contre quatre proches du président burundais Pierre Nkurunziza, dont le troisième mandat contesté a entraîné le pays dans une spirale de violences, ont indiqué des sources diplomatiques mardi à l’AFP.

Les sanctions ont obtenu l’accord de principe des 28 États membres de l’UE la semaine dernière. Elles devraient formellement être adoptées jeudi, et publiées au Journal officiel de l’UE le lendemain.

Elles consistent en une interdiction de visa et le gel des avoirs de plusieurs proches du pouvoir burundais dans l’UE. « Les quatre personnalités sont des hauts fonctionnaires occupant des postes clés en matière de sécurité », a expliqué une source diplomatique.

D’après un diplomate basé à Bruxelles, le président du Burundi Pierre Nkurunziza ne figure pas parmi les quatre personnes visées car les Européens veulent donner une chance au dialogue avec lui.

Portes ouvertes à la négociation

« Il n’y a pas de sanctions contre des membres du gouvernement car l’UE, premier donateur au Burundi, veut garder ouvertes les options pour geler l’argent du développement en vertu de l’article 96 des Accords de Cotonou qui régissent la coopération entre l’UE et les pays de la zone ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique) », a ajouté une troisième source diplomatique.

Ledit article prévoit des consultations, qui peuvent durer 120 jours, lorsqu’une des parties considère qu’un pays ne respecte pas ses engagements démocratiques.

La candidature fin avril du président Nkurunziza à un troisième mandat a plongé le Burundi dans une grave crise, marquée par des manifestations étouffées par une sanglante répression, mais aussi par une tentative déjouée de coup d’État militaire.

Mesures ciblées

Les principaux responsables de l’opposition et de la société civile burundaise considèrent ce 3e mandat contraire à la Constitution et à l’accord d’Arusha ayant mis fin à la guerre civile au Burundi qui fit 300 000 morts entre 1993 et 2006.

L’opposition avait boycotté l’élection qui a reconduit Pierre Nkurunziza au pouvoir le 21 juillet, lors d’une présidentielle jugée non crédible au niveau international.

La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, avait prévenu le 23 juillet que l’UE se prépare à adopter des mesures restrictives ciblées contre ceux dont l’action aurait conduit ou conduirait à des actes de violence et de répression, à de graves violations des droits de l’homme, et/ou entraverait la recherche d’une solution politique.

Par Jeune Afrique avec AFP, 29 septembre 2015 à 15h11

Publié le 30 septembre 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 8 Commentaires.

  1. toujours des hutus sectionnes. pourquoi eux seuls.?? finalement nous sommes dans des conflits ethniques?

  2. Ce que vous n’avez pas compris, c’est que les européens ont fait des menaces en l’air.Nkurunziza n’en a rien à faire… pour sauver la face… ils prennent des sanctions débiles… si ça se trouvent, ces 4 personnes ne sont jamais venues en Europe et n’ont même pas l’intention de venir… il n’y a pas qu’en Europe qu’on peut voyager ou planquer ces sous.

  3. Nous sommes habitués aux dires des Européens,des Americains.Si le burundi disposait des gisements de petrole,ils auraint intervenus dès la proclamation de la candidature du président nkurunziza.Nous avons afin compris qu’ils visent eux aussi leurs interets.Je demande aux burundais de s’asseoir et resoudre leurs problèmes car « Akimuhana kaza imvura ihise » nayo uwutema urwiwe bamutiza umuhoro

  4. BAGORIKUNDA Samuel

    Svp, mugirimana , soyons réalistes : les ventriotes et criminels se trouvent des deux côtés . les manifestants , soutenus par les occidentaux(via la sté civile),est ce qu’ils n’ont pas brûlé un individu par des pneus? c’est pas un crime ça ? c,est la vérité qui sauvera le pays !

  5. Non, qu’ils nous aident plutôt à chasser ce malpropre de Nkurunziza. C’est lui le problème.

  6. Ce ne sont pas les occidentaux qui ont allumé le feu au Burundi, mais c’est le président des ventriotes et criminels burundais dont lui même fait parti qu l’a allumé. Comme il l’a dit lui même le feu a été allumé par lui et il finira chez lui! Ne cherchez pas les boucs émissaires ailleurs!

  7. BAGORIKUNDA Samuel

    Ce ne sont pas les sanctions de ce genre qui sauveront notre pays : Les occidentaux allument le feu ,en afrique en general et au Burundi en particulier, pour jouer au pompiers après !! Dommage!

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :