Le 3ème mandat, une mort lente mais certaine pour tous les burundais

MujeriDans son dernier discours à la Nation, Pierre Nkurunziza est resté égal à lui-même ! Insensible à l’océan du sang humain qui coule régulièrement au Burundi, à cause de son 3e mandat illégal, illégitime et terroriste, ce despote campe toujours sur ses positions. Alors que les démocrates du monde entier s’attendaient à un éventuel renoncement de son mandat de trop, afin de privilégier le respect de la Constitution, de l’Accord d’Arusha, de la Démocratie et du retour à la Paix dans notre pays, l’ancien numéro un burundais s’est contenté dans sa diatribe, à donner des ultimatums à la population et des injonctions aux instances judiciaires !

Un discours inopportun et vide de contenu

Pour Pierre Nkurunziza, tous les détenteurs d’armes doivent les remettre dans un délai n’excédant pas un mois ! Aussi, la Justice est sommée par ce dirigeant autoproclamé, de condamner vite les véritables commanditaires du putsch du 13 mai dernier, ainsi que leurs complices. Toujours dans la logique de donner des ordres à la Justice, il s’est permis d’exiger la libération de tous les jeunes mineurs, arrêtés pendant les manifestations. Sans oublier, celle de tous les autres jeunes ayant demandé pardon, après avoir, dit-il, été manipulés par les organisateurs de ces manifestations contre ce 3e mandat de tous les malheurs !

Ce discours est tombé avec objectif de prouver à la face du monde, l’existence politique du despote Pierre Nkurunziza. Et son occupation toujours illégale et illégitime de la présidence de la République. Mais en réalité, sur le plan politico-diplomatique, le despote burundais vit sans vivre, règne sans gouverner et parle sans convaincre ! En effet, un dirigeant qui fuit la capitale, poumon de l’Etat et boycotte l’Assemblée Générale des Nations-Unies n’en est plus finalement un. Par peur de se faire savonner par ses pairs à New-York ou éviter de se faire déboulonner du pouvoir, le despote Pierre Nkurunziza reste terrer dans son labyrinthe, en diminuant très sensiblement ses apparitions en public.

Son terrain de football du Cercle Nautique de Bujumbura risque de devenir une véritable savane. Quand une vache ne veut plus brouter, les vétérinaires doivent nécessairement s’inquiéter. Le despote Pierre Nkurunziza passe, en tout cas, les heures les plus sombres de son « 3e mandat. » Il a peur de tout, y compris son propre ombre. C’est pourquoi, son dernier discours à la Nation a occulté les grandes questions de l’heure au pays. Notamment l’insécurité grandissante et les relations bilatérales avec le Rwanda voisin. On risque de conclure que le despote Pierre Nkurunziza est déjà dépassé par les événements et qu’il ne sait plus que faire pour entretenir son fameux 3e mandat !

Sinon, depuis quand le Judiciaire doit recevoir les ordres de l’Exécutif, même si ce dernier serait légal et légitime ? Pourquoi l’ancien numéro un burundais n’a rien dit sur les assassinats politiques, les tortures et les désertions des forces de l’ordre devenues monnaie courante, ces derniers temps ? Silence radio sur les soldes invisibles depuis huit mois, des militaires burundais de l’Amisom ! Encore moins sur la persécution des militaires non acquis au 3e mandat ! Son récent discours inopportun et vide de contenu, aura, une fois de plus, prouvé à qui veut voir et entendre, que le Burundi n’a plus un pilote dans son avion ! Il vole en mode automatique.

Aussi longtemps que le despote Pierre Nkurunziza renforcera sa dictature et son terrorisme d’Etat au Burundi, nous allons tous nous faire tuer progressivement, sans aucun remord de sa part ! En effet, comme disait le Général Charles de Gaulle, « lorsque l’Etat est fort, il nous écrase. Lorsqu’il est faible, nous périssons. » C’est un devoir légitime et patriotique pour tous les burundais, ainsi que pour tous les amis de notre pays, de s’investir à retrouver vite le juste milieu. C’est ainsi que nombreux citoyens décident désormais de sacrifier leur vie. Pour remettre les pendules à l’heure dans notre pays, par tous les moyens.

L’exigence de la realpolitik de l’heure

En effet, conscient qu’il n’y a plus d’autres voies pour ramener le despote Pierre Nkurunziza à la raison, ces compatriotes se résolvent à parler visiblement dans le seul langage qu’il pourrait comprendre. Celui des armes ! Cette ultime option s’explique par trois raisons majeures. D’une part, le despote Pierre Nkurunziza a toujours refusé la voie des négociations avec ses véritables opposants, tout en faisant la source-oreille aux conseils émis par ses proches collaborateurs et toute la « communauté internationale. » D’autre part, il a recruté des mercenaires de l’Est de la RDC, des résidus des miliciens interahamwe du Rwanda et a récupéré les jeunes imbonerakure du Cndd-Fdd pour en faire une milice sous ses bottes. Et finalement, lorsque l’Etat démissionne de ses responsabilités régaliennes, le peuple doit assurer et assumer son autodéfense.

Dans cette logique, le despote Pierre Nkurunziza n’a plus confiance ni à la FDN ni à la PNB. Ces deux Institutions sont également dans sa ligne de mire. Elles ne peuvent plus protéger efficacement le pays et sa population. Leur rôle est cyniquement dilué et pilonné par leur ancien commandant en chef, le despote Pierre Nkurunziza. Ainsi donc, tous les efforts de ses victimes potentielles doivent se canaliser en synergie afin d’obtenir dans les plus brefs délais, de gré ou de force, son abdication ! C’est une recommandation ferme de la realpolitik burundaise. Ce qui n’est pas une politique du Real Madrid, pour ceux qui raisonnent uniquement en football, comme notre cher despote ! Loin de là !

En fait, la realpolitik de l’heure veut que toutes les affaires cessantes, la Patrie a besoin d’un nouveau dirigeant et des Institutions fortes pour éviter la « somalisation » plausible du Burundi. Nous méritons mieux. Ensemble, nous sommes capables de relever tous les défis en place. Evitons de tomber dans les pièges du 3e mandat illégal, illégitime et terroriste du despote Pierre Nkurunziza. Pensons « Nation et République. » Enterrons provisoirement nos formations politiques, nos confessions religieuses, nos appartenances « ethniques » et nos provenances régionales dans notre manière d’agir, dans nos faits et gestes contre le 3e mandat ! Surtout qu’il a été constaté que ce 3e mandat n’aime personne. Même ses plus ardents protecteurs peuvent tomber sous ses griffes. Où est passé le Lt-Gnl Adolphe Nshimirimana ?

Le déni absolu d’un véritable président

Refusons ainsi d’être des perroquets, des singes et des « idiots utiles » du 3e mandat. Travaillons tous ensemble pour en découdre définitivement avec ce pouvoir aux allures d’un vampire ne faisant que sucer continuellement le sang du peuple burundais. Vite, vous allez constater que ce ne sont que nos stupides divisions qui le maintiennent au pouvoir. Un pouvoir qui ne tient plus que sur un fil de rasoir. Après tout, il n’y a personne qui le soutien parce qu’il a un bon programme à lui proposer. Ses rares supporters sont principalement ses « chiens de guerre » et quelques « dignitaires » guidés par le simple intérêt de défendre leur poste. Ce qui est moins important que leur vie !

En réalité, le 3e mandat du despote Pierre Nkurunziza est synonyme de la mort lente mais certaine pour toute la population burundaise. Il constitue également une source d’insécurité permanente pour tous nos voisins, la RDC, la Tanzanie et le Rwanda. Si la « Communauté Internationale » commence à prendre des sanctions pour certains sbires du 3e mandat, c’est justement parce que la situation dans notre pays, constitue une menace sérieuse contre toute l’humanité. Le monde est devenu un village planétaire, le Burundi n’est pas un îlot sur Mars ! Refusons d’être le maillon faible et détestable de toute la « communauté internationale. »

Poussons et exigeons à l’Union Africaine, à l’EAC, … a emboité le pas de l’Union Européenne pour traquer ces becs et griffes du 3e mandat. En mettant sur ces listes, les « gros poissons » du 3e mandat, pas des robots activés et agissant mécaniquement, comme l’a fait l’Union Européenne. La bataille contre le 3e mandat, reste une bataille de burundais, faite au Burundi et par des burundais. Personne ne viendra la mener à notre place. C’est pourquoi, ces grimaces de l’Union Européenne ne devraient pas nous endormir, outre mesure. Ces quatre personnalités du système, épinglées par l’UE, ne sont que des marionnettes du 3e mandat. Normalement, il y a le parrain et ses financiers, ces ripoux ne sont que des simples exécutants !

Avec ce 3e mandat, tout le monde aura constaté que le pouvoir d’argent s’attaque à la nation. Comme ce fut d’ailleurs le cas pour les deux mandats légitimes du despote Pierre Nkurunziza. Aujourd’hui, ce pouvoir conspire contre le retour à la légalité constitutionnelle dans notre pays. Le despote Pierre Nkurunziza pense qu’il va acheter et corrompre tout le monde, comme il l’a toujours fait durant cette dernière décennie. Heureusement que toute « la communauté internationale » constate déjà que ce despote est une arnaque cruelle, un imposteur et le déni absolu de ce qu’un président doit être.

Soyons tous Républicains

En ce qui me concerne, je reste convaincu que Dieu nous a créés, chacun de nous, pour être la meilleure personne possible. Il faut défendre ce qui est juste dans la vie. Si vous ne le faites pas, vous n’êtes rien. Les gens mentent, trichent, tuent et volent. On les croit honnêtes, humains et aimables ! Résultat ? Beaucoup de burundais ne comprennent pas comment tourne leur pays. Soyez des individus complets, pensez par vous-mêmes et ayez l’esprit critique. Même le despote Pierre Nkurunziza ne profite plus du 3e mandat. Pourquoi certains citoyens doivent alors continuer à considérer qu’il est porteur d’espoir pour eux ? Et qu’il faut en défendre à tout prix ? Mystère !

Quoi qu’il en soit, je termine mon article par une réflexion du Gouverneur Benjamin Franklin, Homme d’Etat américain et l’un des pères fondateurs des USA. A propos de la démocratie, il disait que « la démocratie c’est deux loups et un agneau, votant ce qu’il y aura au dîner. En république, l’agneau a une arme pour se défendre. C’est la vérité ! » Face au 3e mandat, tout burundais, de gauche ou de droite, du Nord ou du Sud, de l’Est ou de l’Ouest, Hutu, Tutsi, Twa, Prince ou Naturalisé, … devrait mener une vie de caractère, d’honnêteté, de sincérité. Ce n’est pas toujours facile. Mais chacun peut donc moduler son caractère comme un sculpteur forge son argile. A l’image de l’agneau de Benjamin Franklin. Soyons tous républicains, c’est plus important que ce 3e mandat moribond. A bon entendeur salut !

Thierry Ndayishimiye

Publié le 3 octobre 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Ego cane nukuvira hasi rimwe tukamugwanya Amaze kwica benshi birababaje ko abarundi baguma bicwa turorera Nukuva hasi tukakiza abasigaye
    Ariko nkabwira abo basoda bose ko batokwemera kwicwa n ugutotezwa bashobora kuja hamwe n abarundi bose bagakiza Uburundi

  2. Bonne réflexion…..

  3. Merci Thierry de cette information ,vraiment , c,est juste ca ,tuve hasi twese umwe wese aho aherereye ahandi ho mbona acikanye benshi basi, TUVE HASI TWEEEEESE!Murakoze Imana ibaje ibere,nayo nyene ntiyigeze yanka uwigwanira biciye mukuri ,soma neza Bible ingene yagwaniye Abany,Israeli………..!

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :