Le Ministre Bunyoni ordonne aux policiers d’utiliser leurs armes pour combattre « les bandits armés »

https://i2.wp.com/www.rpa.bi/media/k2/items/cache/c511c1bbac51725f9a8fb4ceafe921f2_XL.jpg

Alain Guillome Bunyoni, Ministre de la sécurité publique.

Le Ministre de la sécurité publique a réuni les responsables de la police du centre et du sud du pays ainsi que les agents de toutes catégories ce mercredi. Alain Guillome Bunyoni voulait leur faire comprendre que la sécurité est sous contrôle à l’exception de quelques quartiers de Bujumbura.

Cette réunion qui s’est tenue à huis-clos visait à rassurer les officiers, sous-officiers et agents de police que le Gouvernement maitrise la sécurité dans tout le pays. D’après les informations qui ont pu filtrer de cette rencontre qui a eu lieu à Kivoga dans la province Rutana, le Ministre de la sécurité publique a demandé aux policiers de ne pas se fier à ce qu’ils entendent ou lisent ici et là sur les problèmes sécuritaires du pays. Pour le Commissaire de Police Principal, « tout est sous contrôle » dans les différentes provinces du centre et du sud du pays dont les responsables participaient à cette réunion. L’exception est faite pour quelques quartiers de la ville de Bujumbura a ajouté le Ministre.

Mais nos informateurs sont sceptiques quant aux propos du Ministre. Les cas des communes Mabanda et Kibago en province Makamba où les habitants sont ciblés par des menaces et attaques des jeunes Imbonerakure du parti au pouvoir sont bien connus. Des agents de la police participent auprès de ces jeunes à malmener la population, l’accusant d’avoir manifesté et de ne pas soutenir le troisième mandat du Président Nkurunziza. Aussi, ces propos sont en contradiction avec le flux de Burundais qui quittent la province Makamba pour se réfugier en Tanzanie de peur des exactions de la police et des jeunes du parti CNDD-FDD. Nos sources ajoutent les nombreuses arrestations jugées arbitraires des jeunes des provinces Gitega, Cankuzo, Karuzi et Kayanza qui se rendent au sud du pays et en Tanzanie à la recherche de travail mais qui sont arrêtés et accusés de vouloir rejoindre une rébellion.

Au cours de cette réunion, le Ministre de la sécurité publique a expliqué à ses subalternes que les quelques cas d’insécurité sont le fait de « voleurs armés ». Bunyoni a donné l’ordre à ces responsables de la police « d’utiliser tous les moyens en leur possession et même de tirer pour faire fuir ces bandits » nous indiquent des sources policières.

Le Ministre de la sécurité publique a tenu à nouveau à fustiger les médias privés attaqués au mois de mai dernier à savoir RPA, Isanganiro, Bonesha FM et Radio Télévision Renaissance. Selon Alain Guillaume Bunyoni, les médias indépendants sont responsables du chao dans le pays lors des manifestations. Nos sources précisent que le Ministre Bunyoni est allé plus loin en affirmant que la paix est totale maintenant que les médias se sont tus.

Au cours de cette réunion des responsables de police, les autres groupes de personnes responsables de l’insécurité selon Bunyoni sont les hommes politiques en exil notamment Alexis Sinduhite, Président du parti MSD et Pascaline Kampayano une des leaders de l’UPD. Ces opposants politiques auraient décidé de perturber par tous les moyens les élections après avoir constaté qu’ils n’ont pas de militants et qu’ils échoueraient aux élections, a expliqué le Commissaire de Police Bunyoni.

Là encore, certaines sources dans le sud du pays ne sont pas convaincues par cette explication car les personnes ciblées par les attaques ces dernières semaines sont principalement des militants du parti MSD dans les communes de Mabanda et Kibago. Beaucoup de ses militants ayant déjà fui de peur des représailles des agents de la police qu’ils accusent de travailler pour le parti au pouvoir CNDD-FDD plutôt que pour le pays.

http://www.rpa.bi

Publié le 9 octobre 2015, dans BUJUMBURA News. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Un officier au gouvernement! Ca nous ramène loin derrière à l’époque des dictatures de Micombero, Bagaza et Buyoya! C’est vrai, en ces temps là, les Burundais ont souffert: beaucoup ont été massacrés et enterrés dans des fosses communes, d’autres ont été brûlés au Napalm (substance à base d’essence) à Ntega-Marangara, d’autres ont été portés disparus et d’autres encore ont été entassés dans les cachots des années durant.

    Le peuple burundais à souffert mais il a tenu jusqu’à triomphé sur la dictature et à asseoir la démocratie dans le pays.

    Aujourd’hui, l’histoire semble se répéter: des militaires dans les ministères et dans l’administration pour imposer sa loi du plus fort écrase les autres. Tenons bon, restons unis, nous contraindrons les militaires à retourner dans les casernes, les criminels à se présenter devant la justice. Nkurunziza et son équipe utilisent une méthode qui a échoué, c’est sûr qu’ils vont essuyer un gros échec comme leurs prédécesseurs. Et cette fois-ci, c’est la bonne: on ne va pas les laisser en liberté sans leur demander des comptes. Il faudra que Pierre s’explique.

  2. Umunsi imbonerakure zamuhindukirirye zikamutera roquette azoca avuga ko la paix est totale.

Bienvenue sur notre forum de discussion. Postez votre commentaire en restant courtois et poli. Les commentaires redigés en MAJUSCULES ne passeront pas. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :